Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DLCH

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]
GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]
GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

ATTENTION, ATTENTION : ce qui va suivre étant une parodie de ce qui se passe REELLEMENT dans la Saison 8 de GAME OF THRONES, ne lisez pas plus loin si vous ne voulez pas savoir.

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

GAME OF THRONES, Saison 8, épisode 4, en gros :

Où l’on réorganise les effectifs pour aller dégommer de la Lannister. Parce que, bon, c’est pas tout d’avoir mis fin à l’hiver de façon tout à fait providentielle : faudrait peut-être songer à ne pas perdre de vue ses ambitions premières.

Et entre-temps, ça picole, ça baise, ça trinque, ça parle, ça anoblit, ça complote, ça discute, ça fait des révélations et Missandei perd la tête (depuis qu’elle a vu Cersei)...

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

Où on se dit qu’il y a forcément un détail qui va être important, quelque chose qui va compter pour comprendre le dénouement inéluctable dans à peine deux épisodes, qu’il va y avoir un sens caché, un petit truc qu’on aura pas relevé, des personnages qu’on a pas vus depuis des lustres dont on va bien finir par avoir des nouvelles (Daario, ça farte à Mereen ?)...

Car mis à part ce Cliffhanger final prometteur d’un épisode 5 et 6 qui vont envoyer du pâté (enfin j’espère), on se fait tout de même un peu royalement ch...

GAME OF THRONES, Saison 8, épisode 4, en détail :

Comme l’hiver est désormais fini, les survivants de la bataille de Winterfell se disent que ça serait cool d’allumer les traditionnels feux de la Saint Jean. Et pour ce faire ils ont en leur possession un combustible de choix : tous leurs petits copains morts au combat ! Ils érigent alors à perte de vue (mais pas trop non plus) plein de bûchers en forme de petites pyramides. Tout le monde est hyper bien réparti pour allumer les brasiers, un peu comme s’ils avaient fait une réunion préalable en Off pour savoir qui crame qui : Daenerys avec son sauveur Jorah, Sansa avec Theon auquel elle offre un pins Stark à titre posthume, Arya avec son sauveur Beric, Sam avec son sauveur Edd, Ver gris, engoncé comme pas permis dans ses fringues nordiennes, avec ses copains Immaculés et Dothrakis puisque visiblement Daenerys s’en cogne et Jon avec Lyanna parce que... elle avait le même prénom que sa maman ?

Sansa et Daenerys se lancent alors dans un concours « actor studio » de celle qui chiale le mieux alors que, de toutes façons, c’est Arya qui a tué le game dans l’épisode précédent avec sa manière de jouer la terreur.

Toute la petite troupe de personnages principaux et de figurants se recueille ensuite dans les délicieux effluves d’humain grillé tandis que les boîtes crâniennes de leurs anciens camarades éclatent en chaîne.

Sans transition nous passons du feu des brasiers pyramidaux à celui des bougies du lustre de la salle du tréteau parce que c’est joli et que c’est cohérent. Salle du tréteau transformée en cafet’ où tout le monde picole dru pour une troisième mi-temps bien méritée.

Tout le monde ? Non. Seule une petite blondinette ambitieuse résiste encore et toujours à l’ivrognerie ambiante. En effet, Daenerys ne mange pas, ne boit pas, bref, elle fait la gueule. Gendry qui ne pense qu’à bayser cherche Arya désespérément auprès du Limier qui a un peu les boules parce que c’était lui qui avait une relation (certes platonique mais tout de même) privilégiée avec la petite assassine jusqu’à présent. Le bâtard de Robert décide de s’éclipser pour tenter de retrouver sa dulcinée qui doit être planquée quelque part dans le château qui s’est apparemment auto-reconstruit mais il est stoppé dans son élan par Daenerys. Il fouette un peu sa mère sur le départ puisque la blondinette colérique avait juré la mort de tous les Barathéon. Mais comme elle n’est finalement plus très rancunière envers les gens qui ont tenté de la tuer, elle le débâtardise en le nommant en prime Seigneur d’Accalmie, s’offrant ainsi sa loyauté et son soutien indéfectibles. Et Jon est tout content et admiratif de la toute nouvelle indulgence toute neuve de sa chérie... parce qu’il est un peu con.

Une fois le jeune anobli en chaleur parti, Daenerys se tourne vers Tyrion, sacrément tombé en disgrâce, pour lui signifier qu’elle n’a plus vraiment besoin de lui pour monter des stratagèmes machiavéliques, et qu’elle aussi n’est pas la moitié d’une conne (même si elle n’est pas très subtile non plus). Alors Sansa et Tyrion échangent un regard lourd de sens...

Un peu plus loin, Jaime fait picoler Brienne comme si elle avait besoin de ça pour succomber à ses charmes. Davos se lance dans un débat théologique avec Tyrion et ils finissent par constater la grosse ambiance festive au niveau du tréteau entre Bran, Sansa, Jon et Daenerys.

C’est alors que Thormund lance un toast à Daenerys recueillant ainsi une franche clameur populaire. Daenerys, faisant soudainement montre d’une improbable humilité et essayant surtout de battre son propre record de léchage de cul entamé avec l’anoblissement de Gendry, lance un contre-toast à Arya, la sauveuse du monde libre et de Winterfell, dans une totale hystérie collective, lui confirmant ainsi que le public présent serait étrangement plus enclin à aduler un Stark. Et Jon l’encourage du regard à poursuivre ses actions aussi minables que désespérées pour se faire accepter... parce qu’il est un peu con.

Alors Sansa part en faisant la gueule tandis que Brienne joue à « action ou vérité » avec les deux frères Lannister dont un se déplace décidément très vite dans la salle puisqu’il a enchaîné une humiliation verbale avec Daenerys, une discussion métaphysique avec Davos et une beuverie folklorique avec Jaime en l’espace de même pas cinq minutes.

Comme la vérité sort de la bouche des enfants et des mecs bourrés, Thormund se met à faire la promo de Jon en se demandant si son (très) petit copain est un fou ou un roi pour être capable de chevaucher un dragon qui n’est même pas à lui. Sauf qu’en l’occurrence, Daenerys sait que son (très) petit neveu est surtout suffisamment Targaryen pour pouvoir prétendre à la deuxième option. Elle essaie alors de faire bonne figure et du placement-produit pour Starbuck devant son plan cul consanguin en remportant haut la main le prix du sourire le plus crispé de la soirée.

Mais Varys et son nom de merde voient bien qu’elle fait salement la gueule dès que le Kinginzenorth a le dos tourné. Ajoutons à cela que son plus fidèle conseiller ne fait rien qu’à déconner avec son grand frère et s’en est trop pour la mère des dragons : elle quitte la teuf en se drapant dans sa dignité.

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

Pendant ce temps-là, Tyrion, qui est donc déjà fin beurré, continue de faire picoler Brienne. Il lui demande si elle est vierge ce qui lui donne subitement une furieuse envie de pisser (une chance : ça aurait pu la faire chier). Thormund se mange un râteau tandis qu’elle s’apprête à quitter la pièce pour aller se soulager dans un couloir et Jaime la suit pendant que Podrick sourit bêtement.

Thormund et le Limier sont approchés par des serveuse-putes mais ce dernier préfère cassuler. Sansa, qui s’était pourtant précédemment barrée (à moins qu’elle ne soit juste allée pisser contre un mur avec Brienne), s’incruste alors à sa table et ils ont une grande discussion sur les divers bienfaits du viol. Puis elle se (re)casse, forte de toute cette expérience et cette sagesse si durement gagnées, avant que ça finisse en partouze géante avec le Limier qui se murge au milieu.

Gendry, tout à sa joie d’être désormais redevable à vie envers Daenerys, finit par retrouver Arya qui préfère faire du tir à l’arc plutôt que de fêter la victoire qu’elle a elle-même procurée à tout le monde en tuant le Night King. Il la demande en mariage et se fait gentiment mais sûrement refouler.

Comme Jaime n’a jamais couché avec un chevalier (pas même un soir de disette ou de beuverie ?) et que Brienne n’a quant à elle jamais couché avec personne, ils baisent enfin tous les deux dans la chambre de la première femme chevalier des sept couronnes.

De son côté, Daenerys rejoint Jean-Aegon dans sa piaule. Ils se roulent des gros palots avinées mais Jon n’est plus trop chaud pour la bayser maintenant qu’il sait que c’est sa tata. Et Daenerys non plus, d’ailleurs, mais pour d’autres raisons : elle décide de profiter de l’ébriété de son neveu non pas pour abuser de son corps (ce qui est fait n’est plus à faire) mais pour l’enjoindre à jurer qu’il ne révélera jamais sa véritable identité parce que c’est trop pas du jeu, merde. Non mais c’est vrai quoi ! Ça faisait sept saisons qu’elle convoitait le trône de fer en se la pétant seule héritière (surtout après que son mari du début a fondu la gueule de son frère) et patatra : vlatipa qu’un mâle semi-Targaryen sorti de nulle part débaroule en travers de son chemin pour tout faire foirer !

Jon, après lui avoir dit que c’était trop un pote, qu’il pouvait conduire et qu’il était pas bourré, lui explique qu’il doit au moins prévenir Sansa et Arya. Du coup, Daenerys est super fâchée parce qu’elle n’a pas trop-trop l’habitude qu’on ne lui obéisse pas au doigt et à la lettre.

Le lendemain dans la salle du plateau de Risk de voyage, les divers chefs de guerre discutent stratégie et redéploiement des troupes avec une sévère gueule de bois. Daenerys est chaude pour faire un grand feu de joie de Port-Réal mais Tyrion temporise en rappelant que son objectif est de virer le cul de Cersei du trône tout en montrant à la populace que les Targaryen ont changé, qu’ils ne sont plus de gros psychopathes consanguins et syphilitiques. Ainsi, le fait de tout cramer risquerait de fortement décrédibiliser le projet. Le plan serait donc plutôt de se bastonner avec la Golden Shower Compagny au sol, de cramer la flotte à Euron avec les dragons, puis d’assiéger la capitale pour que le peuple se soulève contre la méchante reine incestueuse (celle aux cheveux courts).

Sansa émet alors l’hypothèse selon laquelle les diverses troupes pourraient être un peu crevées entre le combat qu’elles viennent de livrer contre l’armée des morts et la murge qu’elles viennent tout juste de se prendre, et qu’il serait peut-être judicieux de les laisser cuver un brin. Mais elle se fait reprendre de volée par Daenerys, soutenue par Jon qui renouvelle ainsi son allégeance montrant TRÈS ostensiblement sa loyauté dans l’espoir tout aussi manifeste qu’elle arrête de le bouder (et éventuellement plus si affinités). Alors Sansa et Arya échangent un regard lourd de sens...

Il est donc décidé que Davos et Jon prendront la Route Royale avec la moitié des troupes des Dothrakis, des Immaculés et des Nordiens encore en vie (la moitié de la moitié des effectifs d’origine en réalité), que Daenerys, sa flotte et sa suite (soit Tyrion, Missandei, Varys et Ver Gris) vogueront vers Peyredragon via Blancport et que Jaime restera à Winterfell pour bourrer Brienne.

La réunion se termine mais Jean-Aegon est plaqué au sol par ses deux demi-sœurs-cousines. Comme il faut amortir les différents décors, les quatre Stark se téléportent en extérieur parce que sinon on va encore se prendre des réflexions comme quoi l’image est trop sombre. Il en ressort que même si elle a été bien utile pour vaincre le Night King avec ses soldats et ses chalumeaux mythologiques, Arya et Sansa se méfient de Daenerys. Elles abattent alors la carte « famille » (comme si c’était un argument valable) :

— Tu es un Stark, comme nous !
— Non je ne suis pas un Stark...
— Si !
— Non !
— Si !
— Ben techniquement, un peu quand même...
— Bran, ta gueule !
— Euh, attends, pourquoi y dit ça, l’autre ?
— Bon les filles, faut que je vous avoue quelque chose. Mais d’abord vous jurez de pas le répéter parce que sinon je vais me faire quicher la tête par l’autre hystérique peroxydée.
— Juré.
— Juré.
— Bran, vas-y, dis-leur.

Pendant ce temps, Tyrion et Jaime varient les plaisirs en picolant mais dans une auberge cette fois-ci. Attiré sans doute par leurs blagues de cul sur Brienne, Bronn débarque armé d’une arbalète. Il leur explique en deux mots que Cersei lui a promis Vivesaigues en échange de leur mort à tous les deux, parce qu’il ne lâchera pas l’affaire : lui, ce qu’il veut, c’est un château. Tyrion surenchérit en lui promettant Haut-Jardin à la place. Du coup Bronn accepte de différer leur exécution mais quand même pas de se battre à leurs côtés, faut pas non plus déconner.

Le lendemain, le Limier et Arya prennent la route de Port-Réal en scred tels des cowboys solitaires tandis que, du haut des remparts, Sansa observe Daenerys donner des cours de voltige avec aile trouée à son dragon Raeghal blessé. La rouquine est alors rejointe par Tyrion. S’ensuit une discussion (ça faisait longtemps) sur le règne et les relations diplomatiques futurs. Elle comprend que Tyrion a désormais peur de Daenerys, alors elle lui balance le doss sur Jon qu’elle avait juré de ne pas dévoiler parce que finalement, il existe bel et bien une autre option que la blondasse maniaque du contrôle à multiples tresses compliquées.

Dans la cour, Jon et Davos se préparent à partir. Jon fait ses adieux à Thormund qui ramène les sauvageons au nord du mur ainsi que Ghost, son loup géant, qui n’aura pas servi à grand-chose finalement et qui quittera son maître, la queue basse, sans même avoir reçu la moindre papouille. Le faux-bâtard enchaîne ensuite avec les adieux à Sam (à croire que les gens font la queue) et à Vere qui est enceinte et on éructe de joie à l’idée de le savoir.

Sur le pont du bateau qui les ramène à Peyredragon, Missandei et Ver Gris font les gros niais à se tenir la main, nous faisant dire que ça serait tout de même dommage qu’il leur arrive des bricoles avant leurs vacances à Naath, surtout qu’ils ont déjà réservé et que les billets ne sont pas remboursables.

Dans la cale, Varys et Tyrion font un rapide calcul du nombre de gens qui savent pour la véritable ascendance de Jon Snow (eux deux, Daenerys, Jon, Arya, Sansa, Bran, Sam soit huit personnes : le compte est bon... Euh... Et Vere ?). Le problème c’est qu’à partir de là, ça va forcément finir par fuiter (surtout si Sansa commence à le balancer partout dès qu’elle en a l’occasion). Et tout le monde, dès lors, risque fort de se rallier à Jon même s’il ne veut pas régner.

Euh... et depuis quand on ne se démerde pas pour faire buter ceux qui peuvent possiblement poser problème dans la conquête du trône, genre Sansa, histoire de la faire taire avant qu’elle n’ouvre sa grosse gueule ? Sérieux, vous avez changé les gars !

Comme Jon Snow est visiblement encore plus légitime que Daenerys rapport à la présence intempestive d’un zizi entre ses jambes, ce qui pourrait être pas mal, ce serait que tata et neveu se marient... Mais, d’un coup d’un seul, la consanguinité devient un problème sous prétexte que le bonhomme est moitié Stark. Parallèlement, Varys s’inquiète du gros potentiel à pétage de plomb de Daenerys (depuis quand prévient-il quand il va trahir ?) et tous deux concluent que la mort et la victoire de Cersei pourraient constituer une solution radicale comme une autre à tous leurs problèmes.

La team Daenerys finit donc par jeter l’ancre en rade de Peyredragon. La chef d’équipe les rejoint avec ses dragons en regardant fièrement et amoureusement Raeghal qui a bien récupéré et POW ! Flèches dans sa gueule et crash de dragon : Euron les allume avec les grosses arbalètes à Qyburn.

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

Daenerys renonce à la dernière seconde à leur brûler leurs petites gueules pour ne pas risquer de perdre son dernier dragon. Elle tire alors un frein à main et s’échappe de façon totalement incompréhensible, au lieu de contourner les bateaux et de les carboniser par derrière avant qu’ils n’aient eu le temps de manœuvrer. Euron coule ensuite gaiement la flotte de Daenerys, toujours à coup de ses grosses flèchasses, Missandei s’enfuit en chaloupe et toute la team dragon rejoint la rive à la nage comme des gros losers. Sauf que Missandei a disparu...

Pendant ce temps à Port Réal, Cersei lance l’opération « boucliers humains » en ouvrant les portes du Donjon Rouge à la populace afin de la protéger de la méchante mère des dragons qui fait rien qu’à vouloir lui piquer son trône péniblement acquis à la sueur de sa chatte. Mais ce qui est surtout très malin, c’est que, du coup, pour pouvoir la dézinguer, il faudra que Daenerys savate d’abord plein de petits réaliens qui ne lui ont rien fait.

Euron, qui s’est téléporté, confirme à son plan cul couronné qu’il ne reste plus qu’un seul dragon à la blondouillasse étant donné qu’il en a abattu un. Cersei lui annonce qu’elle est enceinte (ce qui promet de sympathiques cours collectifs de préparation à l’accouchement à Sam et Vere), info confirmée par Qyburn qui fait aussi gyneco mais pas test de paternité bizarrement (à moins qu’elle ne lui ait fait croire à lui aussi que le bébé est le sien).

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

Et au lieu de s’être sagement noyée, Missandei est en fait prisonnière (ce qui pue encore plus pour son espérance de vie que la noyade).

Dans la salle du plateau de Risk géant de Peyredragon, Varys conjure Daenerys de ne pas céder à ses pulsions incendiaires en attaquant les gens qu’elle est censée libérer du joug de Cersei. Sur les conseils de Tyrion, elle accepte de rencontrer Cersei afin lui faire une proposition alléchante à base de « la reddition ou la vie », tout en sachant pertinemment qu’elle refusera, le but étant que le peuple sache que Daenerys a tout fait pour éviter un carnage et que s’il se fait fumer la gueule c’est tout la faute à Cersei qui a pas voulu lâcher son trône rien qu’à elle perso.

Une fois la blondouillette pyromane partie vaquer à ses occupations, Varys et Tyrion discutent (encore) dans la salle du trône local de la légitimité de Jon Snow et de l’importance de porter un penis pour régner (encore !), des mariages consanguins et de l’éventualité de plus en plus éventuelle d’une trahison à venir plus si hypothétique que ça. Varys le démocrate explique qu’il ne sert pas les intérêts d’une personne mais de tout un peuple (ce qui ratisse à peine large et n’est absolument pas simples, utopique (voire un peu con), étant donné que les différentes strates qui composent le peuple ne souhaitent pas nécessairement la même chose). La nécessité de tuer Daenerys lui semble ainsi désormais inéluctable pour protéger les gens (mais sinon : DEPUIS QUAND VARYS PRÉVIENT-IL QU’IL VA TRAHIR ?!?).

À Winterfell, Sansa annonce à Jaime qu’Euron a défoncé la flotte de Daenerys ainsi qu’un de ses dragons et que donc Cersei va dérouiller sévère en représailles, nana-nère. Du coup Jaime s’introspectionne beaucoup devant la cheminée après avoir besogné Brienne qui dort du sommeil du juste. Comme il ne peut pas lui appeler un taxi vu qu’elle est un peu chez elle, il décide de se barrer en douce dans la nuit noire et obscure. Mais Brienne, qui a fini de pioncer, le supplie de rester. En guise de rupture, il préfère lui énumérer toutes les saloperies qu’il a faites pour Cersei (et c’est vrai que, mises bout à bout, ça ne fait pas de lui quelqu’un de très fréquentable). Du coup, Brienne chiale sa race parce qu’il n’y a rien de plus beau que de perdre une virginité jalousement gardée pendant 40 piges pour se faire larguer deux jours plus tard par un mec qui retourne avec son ex qui est aussi sa sœur.

Daenerys, Varys, Ver Gris et Tyrion avec une petite délégation d’Immaculés transplanent « négocier » avec Cersei.

Cette dernière, en compagnie de La Montagne, d’Euron et de leur otage Missandei se tient donc sur les remparts de Port-Real comme du haut d’un piédestal écrasant la petite blonde cervicalement tassée de toute sa supériorité (surtout qu’entre les arbalètes géantes tueuses de dragons et les archers, en deux ordres c’était plié). Qyburn va à la rencontre de Tyrion puisqu’ils sont tous deux « main » de leur reine respective. Tyrion explique que Daenerys demande la reddition de Cersei et la libération de Missandei en échange de ne pas mettre la ville à feu et à sang. De son côté Qyburn annonce que Cersei demande la reddition de Daenerys en échange, quant à elle, de ne pas mettre à feu et à sang Missandei.

Puisque c’est pas trop possible de raisonner un type qui récite un discours appris par cœur, Tyrion décide d’aller parler directement à sa grande sœurette adorée. Les archers bandent leurs arcs, tout le monde fait pipi dans sa culotte quand Cersei lève la main pour leur ordonner de l’allumer mais ils remballent finalement leurs flèches et tout le monde va laver ses sous-vêtements.

Comme Tyrion a plus que certainement raté l’épisode où Cersei a provoqué le suicide de son fils Tommen en faisant exploser Margaery, il lui balance qu’il sait qu’elle ferait tout pour ses gosses (même que, Euron, ça ne le choque pas le moins du monde que Tyrion sache pour le bébé) :

— Bon, ok, tu en as déjà trois qui sont morts, mais tu en as aussi un à venir qui ne l’est pas encore a priori, même que l’autre avec son dispositif échographique intégré, il l’a validé un peu plus tôt dans l’épisode quand on regardait la scène à la télé à Peyredragon avec Varys. Alors je t’en conjure : fais pas ta pute pour une fois. Tu sais que c’est mort pour toi, t’as joué à la rei-reine des sept couro-ronnes pendant un temps (depuis la mort de Tommen en fait et il faudrait que je regarde dans mes propres résumés quand c’était) mais maintenant c’est fini : tu rends la couronne à Daenerys puisque, apparemment, ce sont les Targaryens y commandent. Ou alors tu la rends à Jon Snow, à la limite, parce que, tu vas rire, (surtout qu’on va pas te le dire) mais c’est lui le véritable héritier légitime du trône de fer en fait. Ben oui : tu te souviens de Lyanna, la sœur de Ned Stark dont feu ton mari Robert Barathéon était amoureux et qu’il devait épouser avant toi ? Ben elle s’était mariée en secret avec Raeghar Targaryen, le frère de Daenerys, le même qui était censé l’avoir enlevée pour pouvoir la souiller par tous les orifices. Et figure-toi qu’ils ont eu un fils avant de décéder de mort sanglante tous les deux ! Et ben ce fils, c’est Jon Snow, Aegon Targaryen de son vrai nom. Enfin, bref, tout ça pour te dire : protège ton enfant, rends-toi pour qu’il ait la vie sauve.

Sauf qu’au jeu de la bataille des tarées Cersei est encore vachement forte. Elle s’approche de Missandei et lui demande ses derniers mots. Elle regarde alors Daenerys droit dans les carreaux et l’exhorte à tout faire flamber (« Dracarys » en Haut Valyrien dans le texte). Puis elle se fait dégommer la tête comme une merde par La Montagne. Du coup, Ver Gris joue hyper bien la constipation aiguë et Tyrion est accablé parce qu’il sait que ça va chier velu.

GAME OF THRONES Saison 8 Épisode 4 : THE LAST OF THE STARKS [résumé rigolo détaillé et commenté]

Daenerys quitte donc les lieux avec un air 50% DAEter’, 50% veNER’, 50% trYSte bref : 150% DAENERYS (c’est tout pour moi, merci !).

À suivre...

Tout de suite, la suite avec l’épisode 5 de la saison 8 de Game Of Thrones :

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :