BLACK STORM de Steven Quale (ou INTO THE STORM en VO) [critique]

Publié le par Odi-Wan

BLACK STORM de Steven Quale (ou INTO THE STORM en VO) [critique]

Un film catastrophe, version "Found footage" (on a monté un film en mettant bout à bout toutes les vidéos amateurs de l'événement qui nous sont tombées sous la main), qui n'évite aucun poncif du genre :

BLACK STORM de Steven Quale (ou INTO THE STORM en VO) [critique]

- le "oh ben ça tombe bien alors" (la météorologue, mère célibataire, qui parle de la difficulté d'être éloignée de sa fille à un total inconnu qui s'avère être lui-même père célibataire puisque veuf) ;

- la théorie dite de la "sauvegarde de l'espèce" (la romance entre la bombasse du lycée et le geek qui vont finalement se rouler une pelle quand ça commencera à nettement sentir le sapin) ;

- le "j'aimerais tellement pouvoir lui dire au revoir", cliché familial #23 (car l'ado en rébellion partira forcément sans un regard pour sa mère juste avant qu'elle n'aille se tuer dans un accident de bagnole) ;

BLACK STORM de Steven Quale (ou INTO THE STORM en VO) [critique]

- le scénario "feu d'artifice" (crescendo du phénomène météorologique avec bouquet final et l'alliance de 14 petites tornades en une seule super grosse, un peu comme le super Banco mais version catastrophe naturelle) ;

- et le traditionnel hommage bien dégueulassement hypocrite (c'est fou ce que les gens peuvent être sympas voire dithyrambiques avec vous une fois que vous êtes mort, alors même qu'ils vous chiaient dans les bottes de votre vivant... Ou comment un connard obsessionnel et égoïste peut devenir un formidable passionné en passant de vie à trépas... Vraiment, c'est fou).

BLACK STORM de Steven Quale (ou INTO THE STORM en VO) [critique]

Où on se retrouve devant le générique de fin en se demandant :

"Oh mais y'avait un réalisateur ? Y'avait aussi un scénariste ?!?"

BLACK STORM de Steven Quale (ou INTO THE STORM en VO) [critique]

Bref, mieux vaut passer votre chemin ou bien regarder Sharknado : bourré et armé d'un très gros second degré, ça peut au moins être marrant.

Publié dans film, catastrophe, found footage

Commenter cet article