CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Publié le par Odi-Wan

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Tout se passe dans un univers parallèle où évolue une communauté dans laquelle tout le monde raconte sa vie à son patron, dans une sorte de promiscuité bizarre.

Et dans cette communauté étrange vit la gamine qui joue dans Réalité, sauf que là elle s'appelle Amanda. Elle n'a plus de maman et elle aime les chevaux. Et comme apparemment ça ne pose aucun problème d'éthique à personne, après l'école (et tous les week-ends, et puis la nuit aussi...), elle bosse dans un ranch.

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Attention, pas un truc light genre poney club où elle brosserait les bestioles, non : on est complètement au niveau de Princesse Sarah ici. En gros, elle est corvéable à merci : c'est elle qui nettoie la merde des écuries, qui soigne, nourrit et prépare les chevaux, dans l'abnégation la plus totale et ce pour la seule gloire de la fille du proprio, Abigail, sorte de petite peste atomique complètement ingrate (elle passe son temps à pianoter sur son téléphone et si ça c'est pas la preuve ultime de la pouffiasserie... Ou de l'adolescence... Ou de la nana qui s'emmerde, j'sais plus, j'ai un doute).

Bref le proprio est, de son propre aveu, "ravi de [l']avoir embauchée" (tu m'étonnes) et il ne va pas hésiter, au sein de cette même conversation surréaliste, à se confier à elle (à croire que personne n'en a rien à carrer de son âge à cette pauvre gosse), à base de "tu sais, tous les parents redoutent l'adolescence" (mais oui, bien sûr, c'est le genre de choses dont on a parfaitement conscience à 10 ans) ou de "je ne suis qu'un vieux père qui radote" (d'une condescendance proprement hallucinante).

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

On s'attend donc à l'histoire (éculée s'il en est mais qui a au moins le mérite d'en être une) du bestiau indomptable que seule la gamine orpheline (et toute malheureuse mais avec un grand cœur et un grand courage...) arriverait à apprivoiser et à sauver in extremis d'une transformation en plat de lasagne...

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Mais que nenni : en guise d'étalon sauvage nous avons juste une bonne vieille jument, Misty, qui a le malheur de louper un obstacle lors d'une compétition et de s'attirer les foudres de sa cavalière (l'ado vérolée par le fric) qui tapera un gros caca nerveux à son papa ("il est nul çui-là, il est cassé, j'en veux un autre"... D'ailleurs, à aucun moment on ne se posera la question du "qui c'est qui est nul ?", la monture ou la cavalière : ben non hein, c'est la fille du boss alors forcément...).

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Et comme la petite orpheline s'est amourachée de l'animal, et que le proprio fait semblant d'être méchant en menaçant de l'envoyer à l'abattoir (la jument pas la gamine) parce que ça lui coûte trop de pognon, on va la coller dessus pour une ultime tentative d'en obtenir quelque chose (enfin techniquement 3 ultimes tentatives)...

Bref, si on résume, il y a donc juste un problème avec un cheval qu'on arrive pas à dresser (enfin avec une môme de 15 piges qui fait un putain de caprice parce que c'est une brèle) et c'est évidement Amanda qui va se retrouver avec la lourde tâche d'entraîner le cheval (sans qu'il n'y ait quasiment aucune véritable scène d'équitation avec des obstacles... C'est peut-être pour ça d'ailleurs que la pauvre bête n'arrive pas à les sauter : elle connaît pas) pour qu'il gagne la compétition, monté par Abigail... Qui elle ne s'en occupe jamais et pour cause : elle a dit qu'elle ne voulait plus jamais la monter (tout ceci n'étant pas très cohérent, j'en conviens). A partir de là et vu qu'apparemment il n'y a un peu qu'elle qui fait de l'équitation dans ce ranch, on se demande bien à quelle fin on s'entête à dresser la bestiole.

Dans cette grande entreprise elle sera aidée par Charlotte, la monitrice d'équitation locale qui, elle aussi, lui assènera de grandes théories existentielles en faisant totalement fi de l'âge de son interlocutrice comme par exemple :

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Ou :

- Merci de m'offrir cette boussole !
- Merci à toi pour tout l'amour que tu portes à ces chevaux.

Gné ?

Ou encore :

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

A partir de là, voici donc le Top14 (comme au rugby) des raisons improbables qui font qu'il faut voir ce film :

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

1) pour l'ex-femme du proprio (qui pourrait être sa mère) qui réclame toujours plus de fric (cliché #43) pour sa pension alimentaire (tiens, tiens, tiens... Serait-ce pour cela que l'ado est aussi imbuvable ? Cliché #95) et qui se fera signer un chèque par son ex-mari (cliché #78), toujours avec son air patriarcal condescendant bien gerbant, qui lui intimera l'ordre de se barrer parce qu'il a eu une dure journée... (Bon en terme de dure journée, il a juste accepté de ne pas tuer la jument quoi... Mais c'était drôlement difficile parce qu'il s'était vachement bien mis dans son rôle de méchant-méchant, dans son salon avec tout plein d'animaux empaillés).

2) pour le vieux garçon d'écurie black, Avery, qui lui aussi est divorcé et qui est une superbe caricature (non mais c'est limite s'il n'a pas l'accent "Mam'Scarlett" comme dans "Autant en emporte le vent") et qui nous fait des sorties magnifiques du genre lapalissade :

Tu travailles tard dis-donc !

Ah ben vu qu'il fait nuit, que tout le monde est en t-shirt, que donc on peut penser que c'est plus l'été que l'hiver, ouais, il doit être bien tard en effet...

Ou bien, regardant son poignet :

J'ai oublié ma montre mais c'est pas l'heure de rentrer chez toi ?

Elle est pas bonne ! On la garde !

Ou :

Vous savez patron j'en ai connu des chevaux dans ma vie mais je peux vous le dire, ce cheval a fait beaucoup de progrès.

C'est important l'expérience...

Ou encore :

- Tu as les mains de Dieu Amanda.
- Les mains de Dieu ?
- Oui il a d'énormes mains donc il peut tenir le monde dedans"

Mais quel est le rapport ?

3) pour la nouvelle nana du père d'Amanda, Tiffany, qui s'accroche désespérément pour que la gamine l'aime et qui file du fric au patron pour qu'il garde le cheval (toujours dans son salon rempli de têtes d'animaux morts).

4) pour la jument qui se foule la cheville (sans qu'on ne l'ait jamais vue s'entraîner) le tout à cause de la mioche (qui l'aurait blessée parce qu'elle lui en demande trop... Voilà, voilà...), et pour le proprio qui va quand même casquer pour le véto (même s'il râle... Même si ça n'est même plus son problème puisque ça n'est plus son cheval... Ou alors qui n'a pas à râler parce que le chèque de Tiffany servait à couvrir ses soins, ses frais médicaux et d'écurie... En fait, le type fait systématiquement semblant d'être vilain mais il finit toujours par raquer).

5) pour la fausse pression à 2 balles 50 et le chantage affectif du-dit proprio (cliché #32) totalement cyclothymique par ailleurs : on tue le cheval, bon non on le tue pas, bon finalement je vais être obligé de m'en débarrasser s'il ne guérit pas plus vite, bon ok tu as 7 jours pas plus, la vie de cet animal ne dépend que de toi et de toutes ces compétences que tu n'as pas parce que tu n'as que 10 piges après tout (le tout à une gamine qui, rappelons-le vient de perdre sa mère... Est-ce que le but ultime est de la pousser lentement mais sûrement sur le chemin de la dépression ? Y'en a qui se défenestrent ou qui deviennent serial killer pour moins que ça...).

6) pour les ellipses temporelles et scenaristiques incroyables et le montage merveilleux qui font qu'une fois l'ultimatum posé, le patron sort à la môme dans la scène suivante (ou tout comme) au même endroit et alors qu'ils portent tous les mêmes fringues : "Tu as fait un travail formidable" parce que la jument est finalement guérie... (Des génies !... Ou des stagiaires, j'hésite)

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

7) pour le gamin prénommé Thomas qui apparaît comme par enchantement (apparemment c'est un gage de réussite sociale pour tous les enfants du coin de bosser gratos au ranch), qui ne mange pas à tous les repas, se sacrifiant pour son petit frère et sa petite sœur (princesse Sarah connection), qui sort tout droit d'une pub pour un shampooing et qui, en plus, doit faire très exactement 3km à pied pour venir travailler au ranch et que ça, c'est vraiment trop horrible (ou 2km pour assister à la compétition finale... Non mais sans déconner, quel gamin sort ce genre de précisions ? A moins d'avoir avaler un podomètre, la "faim justifiant les moyens" sans doute...).

8) pour la Charlotte qui ne s'occupe que de Misty et d'Amanda et pratiquement jamais des autres chevaux ni d'Abigail (qui est juste sensée gagner la compet... Pas surprenant qu'elle soit à chier après).

9) pour cette même Abigail qui est à l'aise sur un cheval comme... Ben comme une gamine qui n'aurait absolument jamais fait d'équitation en fait (ce qui est un peu le cas au vu du film) et qui nous offrira une tirade magistralement interprétée après s'être fait choper par Avery en train d'essayer de défoncer les papattes de Misty à grands coups de pelle :

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

(Mais putain quelle était l'utilité de ce dialogue qui était terminé avant même d'avoir commencé bordel ?!?)

10) pour le père d'Amanda qui auto-spoile la trame narrative en interdisant à sa fille de participer à la compet alors que c'est même pas encore prévu que ce soit elle qui monte Misty (fabuleux le montage j'vous dis).

11) pour le patron qui rapplique en voiturette de golf pendant une des (rarissimes) séances d'entraînement (toujours sans obstacle) et qui aura une grande discussion métaphysique avec Tiffany :

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Alors elle lui avouera qu'il faut pas trop la prendre pour une grosse buse vu qu'elle a fait "science du sport à Yale", ce qui l'a directement menée à travailler dans le secteur bancaire après ses études (WTF ?) mais que maintenant elle se ressource à la campagne et qu'elle peint :

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Du coup, il lui décochera (toujours avec son air bienveillant dégueulasse) un magnifique :

Je ne vous voyais pas avec un diplôme de Yale.

Do you need some ice for that burn ?

Et ils finiront par parier la modique somme de 10 000 $ (pas les 5 000 qu'il avait initialement proposés puisque elle lui fait clairement comprendre que ça fait petite bite) sur la réussite (ou l'échec) d'Amanda à la compétition.

12) pour la Tiffany, encore et toujours, qui, en plus de cuisiner admirablement bien la poitrine de boeuf (vu le nombre de fois où ils le répètent, c'est à se demander s'il n'y a pas un placement produit en VO... Ou si c'est juste le résultat d'un jeu à boire entre scénaristes qui aurait mal tourné) va acheter à manger pour toute la famille de Thomas (mais d'où sort-elle tout ce blé ?) afin de les nourrir "pendant au moins 15 ans" (de deux choses l'une : soit elle avait un très-très gros caddie et une très-très grosse voiture avec un très-très gros coffre, et les pauvres ont une très-très grande maison avec un très-très gros frigo (etc...), soit elle a acheté que de la bouffe lyophilisée à la NASA... C'est franchement à se demander si ce ne sont pas des enfants qui ont écrit les dialogues : "Combien tu crois qu'il mesure ce cheval ? Oh ben je sais pas... 4km ?").

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

13) pour Abigail qui quittera (encore une fois) la compétition (la plus miteuse du monde avec deux pauvres obstacles à 30cm du sol que même un poney unijambiste pourrait sauter... Y aurait-il eu un problème d'assurance sur le tournage pour que le résultat soit si peu enthousiasmant ?) et ce dès qu'elle aura fait une misérable faute (mais où sont tous les autres participants ? Où sont les juges ? Est-il bien normal que tout le monde attende que mademoiselle ait fini de taper sa crise ?)

Et à la fin...
Tout est bien qui finira bien : Abigail pourra enfin expliquer à son papounet qu'elle ne veut plus faire de competition, le papounet avouera qu'il aime encore son ex-femme, la famille de riches sera de nouveau réunie, Amanda gagnera le concours, et ils partiront tous ensemble manger de la poitrine de boeuf "cuisinée par quelqu'un qu'[Amanda a] appris à aimer" (euh alors non, techniquement par quelqu'un qui a acheté ton amour ma chérie) et sa mère reviendra sous forme de zombie et dévorera tout ce petit monde (ok, je fantasme peut-être un peu là).
CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Un (télé) film mignonnet, très, un film pour les plus jeunes, un film sur les chevaux, à déconseiller par conséquent si vous n'aimez pas les équidés et si vous avez plus de 5 ans (ou alors vraiment pour rigoler).

Montez en voiture et vous verrez l'œuvre de l'Homme.
Montez à cheval et vous verrez l'œuvre de Dieu.

Un mec bourré qui s'est fait confisquer son permis.

Allez, juste une dernière raison pour la route (ben oui sinon ça fait pas 14) :

14) pour le titre, "Champion, une équipe gagnante" ?, qui est déjà complètement une énigme en soi.

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE (A gift horse)

Réalisé par : Teddy Smith / Genre : Famille / Nationalité : américain / Distributeur : Factoris Films

CHAMPION, UNE ÉQUIPE GAGNANTE de Teddy Smith [résumé & critique]

Casting : Kyla Kenedy, Candi Brooks, John Schneider, Misty, Katie Kelly...

Date de sortie en vidéo : 2 Juin 2015 / Durée : 1h20min

Commenter cet article

Estelle 03/08/2015 11:32

Sinon pour ceux qui aiment les chevaux, mais aussi pour les enfants parce qu'il n'est vraiment pas compliqué à lire il y a le livre "Bienvenue au club" une petite merveille de Sylvie Overnoy que même les puristes et les connaisseurs ne désavoueront pas.

Elo 04/08/2015 21:39

C'est noté, merci du conseil !
Mais je crois que même la série de livres "Le club des poneys" est plus intéressante en terme d'équitation que ce film-là !

coucousine 30/07/2015 21:14

Délicieuse critique oú on ne cesse de pouffer.Magnifique référence mam Scarlett,Princesse Sarah Conection,l'assurance pour les obstacles très bas,le gosse au podomètre,l'égnime du titre...Tout est bon,merci

Elo 04/08/2015 21:47

Merci ! Pourtant, je n'en suis pas si fière : je crois que ma conscience m'a bridée (à moins que ce ne soit les grands yeux d'une petite fille de 5 ans qui s'émerveille encore de tout à partir du moment où on lui colle un cheval ou un dragon à l'écran ?).