"Je reviens te chercher" de Guillaume Musso

Publié le par Elo DLCH

"Je reviens te chercher" de Guillaume Musso
"Je reviens te chercher" de Guillaume Musso

Ça y est, j'ai lu un Musso (le grand frère, pas Valentin (ni Pascal) : de lui j'avais lu "Le murmure de l'ogre" qui ne présente pas un grand intérêt si vous n'habitez à pas dans le chouette quartier niçois de Riquier et que vous n'êtes pas curieux de savoir à quoi ressemblaient les rives du Paillon en 1900 et quelques).

Donc si je voulais être médisante, je dirais que j'ai noté un point commun dans la prose des deux frères : cette étrange aptitude à être jeunes mais, de par les tournures syntaxiques et le vocabulaire employés (tantôt simpliste tantôt à rallonge), à écrire un peu comme des vieux, le tout avec un dico des synonymes ouvert sur les genoux :

"Je reviens te chercher" de Guillaume Musso

Je pourrais ainsi dire qu'on a l'impression que l'auteur s'oblige à meubler... Ou qu'il est payé à la ligne... Ou qu'il est parti d'une rédac avec un nombre minimum de mots imposé (et/ou à caser)... Ou qu'il a perdu un pari... Ou, au contraire, qu'il l'a gagné... Ou qu'il souffre d'une grave maladie orpheline qui l'empêche d'écrire 2 fois Bouddha sur une même page mais qui l'autorise à utiliser des expressions comme "doré à la feuille d'or" (des fois qu'on puisse croire que ce soit à la feuille de brick) ou "par effraction" (plus loin dans le roman) à la pelle.

Je dirais ainsi que cela donne une musicalité étrange au texte, une rythmique pas naturelle, comme forcée, avec, bizarrement, des redites oubliées et des phrases sinon bancales pour le moins alambiquées (après c'est peut-être que j'ai juste trop l'habitude de lire des traductions).

Je dirais que ça m'a maintes fois donné envie de ne pas aller au bout du livre (et pourtant j'en lis des conneries !).

Je dirais aussi que si l'on veut écrire sur le thème de la deuxième chance (avec la même journée qui se répète pour permettre au héros d'éviter de foirer sa vie... Ou au contraire lui permettre de la foirer de plein de façons différentes), il faut quand même respecter certains codes : comment voulez-vous influer sur le cours des événements si les individus n'agissent pas de la même façon ?

Je dirais donc qu'on pourrait penser que deux idées de départ se sont télescopées et que personne parmi l'écrivain, son entourage et tous les gens de sa maison d'édition n'arrivant à choisir la meilleure, ça a pu donner un truc dans le genre :

" - On dirait que le héros, Ethan, il assisterait au mariage de la femme de sa vie, Céline, mais qu'il n'interromprait pas la cérémonie pour faire comme dans les films parce que ça serait trop cliché...

- Ah ouais, c'est bien comme idée !

- Ou alors, comme ça se passe à New York, ça lui rappellerait vachement son histoire d'amour passée avec Ethan et c'est elle qui déciderait d'annuler le mariage à la dernière minute...

- Ah ouais, c'est bien aussi !

- Non mais tu m'aides pas là, faut choisir : le principe c'est qu'il revive la même journée...

- Attends, te fais pas chier : on va mettre les 2, ça passera. Tu connais l'adage ? "Il ne faut pas prendre les gens pour des cons...

- ... Mais il ne faut pas oublier qu'ils le sont"." (bon ok, j'extrapole un peu)

Je dirais qu'on pourrait croire qu'il s'est senti obligé de rajouter du glauque gratos (à base d'enfant dévoré par un clébs) pour donner dans le sensationnel qui fait chialer dans les chaumières et que niveau suspens, c'est quand même ultra prévisible (que celui qui n'avait pas compris qui était Jessie dès sa première apparition dans le bouquin me jette la première caillasse... Non, pas la tête, pas la tête !!!!).

Je dirais qu'il est un peu incohérent, le Ethan, lorsqu'il revient à la marina pour prendre sa moto puisque sa bagnole est en train de tomber en ruine et qu'il repart finalement dans cette même bagnole... À croire qu'il était venu là juste pour se faire casser la gueule.

"Je reviens te chercher" de Guillaume Musso

Je dirais aussi qu'en terme de "dénouement stupéfiant" (dixit la 4ème de couverture), faut aimer le duo "Coup de cœur" de Kenza Farah et Soprano (et pas seulement parce qu'il vous a valu un énorme fou-rire un lendemain de cuite) et croire très fort à l'improbable excès de culpabilité d'un tueur à gage (qui assumerait l'entière responsabilité de sa défaite et qui quitterait définitivement le monde du meurtre commandité (voire le monde tout court)... Euh, c'est pas un peu extrême comme décisions ? ).

Mais je ne le ferai pas... Et je ne serai pas médisante ! Pas tant que je serai infoutue de pondre un bouquin et d'en vendre des millions d'exemplaires comme Musso...

Ceci-dit, plaire à la majorité, est-ce vraiment le signe absolu et incontestable qu'une œuvre est bonne ?

C’est la majorité ! Laquelle d’abord ? Celle qui croyait que la terre était plate ? Celle qui veut rétablir la peine de mort ? Celle qui se met une plume dans le cul parce que c’est la mode ? Laquelle exactement ?

Jean-Pierre Bacri, in "Cuisine et dépendances" de Philippe Muyl.

Bref, ça n'est peut-être pas son meilleur bouquin non plus mais, entre lourdeurs, répétitions, périphrases et incohérences, ça fait quand même beaucoup pour un seul homme...

Et c'est quand je lis des best-seller (et en même temps, je ne lis un peu que ça, faut l'avouer), de Dan Brown à Stephen King en passant par Meyer, James (dont je ne m'explique toujours pas le succès) ou Giacometti et Ravenne (Carrisi, Larsson, Rowling et Lackberg étant hors compétition), que je ne peux m'empêcher de penser à ma copine et à tous ceux qui ont un manuscrit planqué chez eux, mille fois mieux écrits que certains bouquins des auteurs précédemment cités, et qui ne seront, pour la plupart jamais publiés.

Et je me dis que la littérature, c'est certes des idées, du talent et énormément de travail mais c'est aussi surtout avoir un gros coup de bol à un moment donné.

Publié dans livre

Commenter cet article

fab 06/09/2014 20:43

Moi Chui d accord avec Jean Pierre bacri parce que je les adore lui et sa femme . Et Chui d accord avec toi aussi, musso, comme Lévy, ça se lit bien sur la plage ms ça fait pas bcp réfléchir. De tte façon, je ne lis plus sur la plage car g autre chose à faire. Sinon ça te dit pas à toi d ecrire un truc non parce que franchement Chui sûre que tu pourrais les concurrencer musso et Lévy ou au moins celle qui a écrit sa vie d ex caissière....

Elo DLCH 13/09/2014 09:29

1) Bacri-Jaoui ont écrit des dialogues d'anthologie, c'est clair !
2) c'est de la littérature-détente, c'est certain, mais ça n'excuse pas certains foutages de gueule...
3) ouais, non, ça vaut mieux (oh putain merde, les gosses !!!)
4) pas le temps, pas les idées, pas les capacités, pas le talent (mais un jour, peut-être, si je fais une psychanalyse et que je me sors les doigts du fion, j'aurai la joie de me faire défoncer par une autre merdeuse sur son blog insignifiant).
5) ex-caissière, ex-caissière... c'est pas très sympa de parler comme ça de l'ancienne première Dame de France XD