JURASSIC WORLD de Colin Trevorrow [critique]

Publié le par Odi-Wan

JURASSIC WORLD de Colin Trevorrow [critique]

J'avoue qu'au vu de la surenchère annoncée par la bande annonce (des dinos toujours plus gros, le départ de tiercé avec les Raptors et Chris Pratt en moto...), j'y allais un peu à reculons.

JURASSIC WORLD de Colin Trevorrow [critique]

Et bizarrement je l'attendais quand même avec impatience (étant malgré tout une grande fan du premier... Qui a super bien vieilli mais bon, c'était pas non plus n'importe qui aux manettes... Bien que le 2 aussi en fait donc l'argument ne tient pas vraiment).

Bref, disons que j'y allais très vite en marche-arrière quoi (ce qui était assez ridicule, j'en conviens).

Je me disais qu'au pire, y'aurait matière à bien dégueuler.

JURASSIC WORLD de Colin Trevorrow [critique]

Et bien même pas : c'est peut-être la honte (comme d'avoir aimé le 1) mais c'est juste du gros gros kiff pendant 2h (à condition d'apprécier le genre, évidemment).

Alors c'est sûr qu'il doit y en avoir mais les grosses bourdes ne sont pas aussi flagrantes ou ostensibles que sur d'autres films de SF.

JURASSIC WORLD de Colin Trevorrow [critique]

Et même Omar Sy n'a pas un rôle ridicule (bien qu'on ait l'impression qu'il est tout le temps en train de se marrer... Ceci-dit, vu son parcours et ses choix de vie et de carrière, il ne manquerait plus qu'il fasse la gueule).

JURASSIC WORLD de Colin Trevorrow [critique]

Exit donc l'île abandonnée ou la resucée de King Kong, on reprend ici la trame et l'ambition du premier : un immense zoo sur Isla Nublar (l'île initiale) avec des dinosaures et de visiteurs en vrai (plein cette fois).

Il y a du cynisme là-dedans, du Blackfish même, du stéréotype bien sûr mais aussi du cliché pris à contre-pieds, de l'hommage en forme de moult clins d'œil certes un peu appuyés, de l'humour, du thème musical de John Williams à fond (trop peut-être ?), de la grosse bestiole bien salope, de l'apparition magique de moto, de la manipulation génétique caca, de la loose, du raptor (parce que ce sont eux les vrais "héros" pas le T-rex), de la perte humaine, un brin d'auto-plagiat, du croc sanguinolent, un casting bien choisi (même les gosses) et puis de la (très) jolie rouquine (fille de Ron Howard), la nana la plus stable du monde sur des godasses à talons...

JURASSIC WORLD de Colin Trevorrow [critique]

Un bon divertissement familial, vraiment, à éviter tout de même avec les plus jeunes et/ou impressionnables (sauf si vous voulez les faire flipper).

Publié dans film, SF, grosse bestiole, suite

Commenter cet article

PandaFuryAliasMJ 13/06/2015 13:50

J'ai hâte qu'il sorte à la télé celui-là !