L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

Publié le par Odie

L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

C'est l'histoire d'Eva, trentenaire qui ne fout strictement rien de ses journées et qui doit certainement être assujétie à l'ISF étant donnée la taille de son appart en plein cœur de Paris.

Du coup, elle sort en boîte et rentre au petit matin.

C'est là, à la terrasse d'un café, qu'elle rencontre Léon, petit mec de 11 ans qui s'incruste allègrement et se fait payer un chocolat chaud.

Ils discutent et elle apprend que le gamin est orphelin (bon techniquement il est né sous X) et qu'il a fugué de son foyer.

L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

Comme elle s'emmerde quand même sévère dans sa vie et qu'elle est toute pleine de fêlures dans le dedans de son petit cœur de petite fille très très riche, elle va s'enticher du merdeux et le garder momentanément avec elle (non parce qu'après, il y a des lois qui s'appliquent à tout le monde, faut pas déconner)...

Bon, dit comme ça, ça ne donne pas vraiment envie de se taper le cul par terre, c'est vrai.

Et pourtant c'est vachement bien.

L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

Alors bien sûr, c'est le fugueur de 11 ans qui vit en foyer le plus équilibré du monde (et qui a l'orthographe la plus parfaite aussi), on ressent l'influence de Sofia Coppola dans la lumière et le choix des couleurs (l'auto-congratulation en moins) et il y a cette opposition singulière mais prévisible entre l'enfant pauvre hyper mature et l'adulte qui pète dans la soie totalement irresponsable et inconséquent...

Mais ça n'est pas martelé et la réalisatrice évite très habilement l'écueil de la lourdeur et du pathos (voire de la lourdeur dans le pathos).

L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

Les dialogues sont bien écrits, les acteurs sont justes, le gamin ne donne pas envie de le défenestrer et même elle, mini Cecile de France période Irène, dont le personnage avait tout de même tout de la grosse tête à se manger des claques, est parfaitement supportable : elle est même mignonne et touchante (bravo à Clotilde Hesme pour sa composition tout en naturel et en spontanéité).

Et puis la relation entre Léon et Eva fonctionne vraiment : il y a une réelle fluidité et on ressent véritablement la naissance d'une belle complicité (le tout sans en faire des caisses).

En bonus du DVD, vous trouverez Les filles du samedi, un chouette court-métrage avec Cecile Cassel dedans, qui raconte comment un mec saute des gonzesses le vendredi soir pour pouvoir se barrer jouer au golf tranquille le samedi en leur refourgant son petit frère (ou pas).

Un film un peu plus gouailleur et humoristique, mais qui contient les prémices du long.

Vous trouverez aussi des scènes coupées (une discussion de la plus haute importance sur Juan Carlos, un chant lyrique dans la rue et une scène qui rallonge celle du magasin de déguisements) et des essais casting :

Ceux de Florian-Léon seul puis avec Clothilde-Eva, où l'on voit que certains dialogues qui appuyaient un peu trop sur le côté maturité du gamin/immaturité de l'adulte (ils recherchent quel métier peut faire la mère de Léon, Eva dit des trucs incroyables et Leon ne recherche que de la normalité) ont finalement été abandonnés ;

L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

Les tests Simon/Eva et là aussi, l'abandon de la partie "reproche" du dialogue final entre les deux protagonistes qui alourdissaient le propos au lieu de rester dans la suggestion (on sait bien qu'elle est détestable... Et pourtant on n'arrive pas non plus à la détester).

Un film sans prétention, sans fioritures, sans hystérie, sans moralisation, sans dogmatisme : juste un film positif, poétique, léger comme un papillon (oui je l'ai vu jusqu'au bout), comme une parenthèse enchantée, hors du temps.

L'histoire d'une rencontre et une première belle surprise pour 2016, un joli petit film qui fait du bien.

L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

Et puis il y a Paris, Rome et après on a "Bella Ciao" très longtemps dans la tête (et c'est quand même mieux que la dernière de Soprano).

Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Quand j'ai envie de rire
Oui je ris aux éclats
J'aime celui qui m'aime
Est-ce ma faute à moi
Si ce n'est pas le même
Que j'aime chaque fois
Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça
Que voulez-vous de plus
Que voulez-vous de moi
(...)

Jacques Prevert

L'ÉCHAPPÉE BELLE d'Emilie Cherpitel (marathon Dvdtrafic, jour 1).

Réalisé par : Emilie Cherpitel / Genre : drame / Nationalité : français / Éditeur : Pyramide Films (page Facebook).

Casting : Clotilde Hesme, Florian Lemaire, Yannick Choirat, Clotilde Courau... (Et une apparition de Frederic Beigbeder - spéciale dédicace).

Date de sortie en vidéo : 21 Octobre 2015 / Durée : 1h16min

Les meilleurs films français sont également à retrouver par ici.

Publié dans film, France, Dvdtrafic

Commenter cet article

coucousine 23/01/2016 21:40

Pour Fred, je pense que ce film doit être vu. Il faut sauver Fred prisonnier de sa jeune femme mannequin, jeune étudiante en art et jeune maman.
Et voir Clotilde Hesme rayonnante après un passage chez les revenants.