Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DLCH

L’odyssée de SuperZeroCardio [Mes chroniques de la loose]

Démarrons une nouvelle rubrique ou plutôt un nouveau dossier :

« L’odyssée de SuperZeroCardio, l’héroïne qui a une condition physique de merde ».

Aujourd’hui, découvrons SuperZeroCardio à la montagne !

L’odyssée de SuperZeroCardio [Mes chroniques de la loose]

Dimanche 18 août 2019, vallée de la Gordolasque, du pont du Countet jusqu’au Lac Autier.

https://www.visorando.com/randonnee-lac-autier/

https://www.visorando.com/randonnee-lac-autier/

Parce que pour une première randonnée avec les gosses, c’était important de commencer light : en gros, pas tout à fait 7km pour 600m de dénivelé.

Alors c’est peut-être un détail pour vous mais pour moi, mes muscles, mes poumons, mon cœur, mes articulations, ça veut dire beaucoup.

Pourtant c’était une rando que j’avais faite plusieurs fois... Mais c’était il y a 30 ans, facile.

Et ben j’ai découvert un truc pas croyable : même après trois ans et demi d’arrêt de la clope, 20 ans de tabagisme actif ça peut avoir quelques menues répercutions sur la santé (autres qu’un banal cancer tout mignon, une gentille ablation du rein et une surcharge pondérale plus que prononcée). Si, si.

Bref, j’ai cru que j’allais crever.

Et pendant ce temps, à une bonne vingtaine de minutes de marche quasi à la verticale devant moi (je me serais presque crue dans un film de Nolan dis-donc), il y avait trois enfoirés de 12, 9 et 5 piges qui gambadaient comme des putain de cabris (et leur père... le chamois).

Je les ai maudits (et pourtant c’était mon idée, même que ça faisait des semaines que je faisais chier tout le monde avec ça), j’ai hésité plusieurs fois à me jeter dans un ravin pour mettre fin à mes souffrances, et puis finalement, en totale hyper-ventilation, je me suis fixé des objectifs à court terme de plus en plus minables (de l’ordre de trois mètres max les objectifs)... Mais j’ai réussi à les rejoindre (faut dire que ce sont eux qui avaient le pique-nique).

L’odyssée de SuperZeroCardio [Mes chroniques de la loose]

2h30 à l’aller, une cheville qui lâche et une magnifique gamelle pendant la descente (de mon incroyable propension à perdre toute forme de dignité), un genou et un bras explosés, et un peu moins de deux heures au retour.

Alors qu’on était presque arrivés à notre point de départ, on a croisé une vieille dame avec numéro 3. Elle m’a demandé si le petit était monté jusqu’en haut. J’ai acquiescé. Elle l’a félicité. J’ai eu envie de lui dire :

— Et moi ? T’as vu dans quel état de décrépitude je suis ? C’est pas un peu une perf peut-être d’avoir réussi à traîner mon gros cul jusqu’au lac ?

Mais en fait, non.

Je lui ai juste dit que j’étais très fière de lui.

L’odyssée de SuperZeroCardio [Mes chroniques de la loose]

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :