PIXELS de Chris Colombus [critique]

Publié le par Odi-Wan

PIXELS de Chris Colombus [critique]

Que donne le blockbuster familial de l'été 2015 ?

PIXELS de Chris Colombus [critique]

1982. Quatre ados participent au championnat du monde de bornes d'arcade (normal). Plus de 30 ans plus tard, chacun a plus ou moins réussi ou raté sa vie : nous avons donc un président des States (Kevin James), un installateur de matériel hifi (Adam Sandler), un gros nerd asocial plongé corps et âmes dans toute forme de théorie du complot (Josh Gad) et un qui est en taule (Peter Dinklage qui paie toujours ses dettes). Et c'est là qu'intervient une invasion extra-terrestre.

PIXELS de Chris Colombus [critique]

Et comme le hasard et le scénario, font bien les choses, les méchantes bestioles sont des personnages de jeux vidéos vintage (Centipede, Galaga, Space Invaders, Donkey Kong...). De plus, James et Sandler étant restés super copains malgré leurs destinées si différentes, ça permettra au premier d'appeler en renfort le second pour qu'il devienne consultant officiel pendant cette crise...

PIXELS de Chris Colombus [critique]

Bon bien sûr, les deux autres nerds du début rappliqueront aussi (+ une gonzesse parce qu'il faut bien assurer la sauvegarde de l'espèce quoi).

Pixels de Chris Colombus (2015)

PIXELS de Chris Colombus [critique]

Après une bande annonce qui annonçait un film fort réjouissant et régressif pour trentenaires (voire quadras... Voire quinquas) biberonnés aux jeux vidéos et leurs enfants néo-geeks, plus la présence au générique et au scénario d'Adam Sandler (qu'on aime ou qu'on n'aime pas mais voilà nous, généralement, on aime), le résultat s'avère bien décevant.

PIXELS de Chris Colombus [critique]

En effet, tout ceci est un peu (voire carrément) vide de sens, l'histoire tient sur un timbre et la plupart des situations intéressantes se trouvent dans la-dite bande annonce.

PIXELS de Chris Colombus [critique]

On ne crachera pas sur les quelques traits d'humour faussement naïf typique d'Adam Sandler mais il y a un vrai problème de lien narratif, comme si les scènes étaient juxtaposées, comme si le réalisateur cochait au fur et à mesure les figures imposées par son cahier des charges (première attaque, Check. Démolition de monuments super connus, Check. Deuxième attaque, Check. Starification du looser, Check...).

PIXELS de Chris Colombus [critique]

Les effets spéciaux ne sont pas mauvais mais Chris Colombus use et abuse des ralentis (ce qui devrait être sévèrement puni par la loi) et le résultat n'est au final qu'une assez pale version longue du chouette court métrage de Patrick Jean (tribute to Tetris).

Pixels de Patrick Jean (2010)

Alors, très franchement, ça ne vaut vraiment pas le coup et si l'envie vous prenait de voir un long métrage sur le thème de la culture des jeux vidéos avec vos gamins, matez (ou rematez) l'excellent Les Mondes de Ralph.

PIXELS de Chris Colombus [critique]

PS : c'est quoi le problème des américains avec Q*bert ?

Commenter cet article

Moniiiiique 28/07/2015 16:10

Le pire étant que les créateurs du court métrage d'origine ont été étroitement associés à la réalisation du film, nous ne sommes donc pas face à une resucée mal ficelée qui n'aurait pour but que d'attirer des pauvres naïfs dans les salles.
Un échec donc ?
C'est dommage...

Nio 27/07/2015 23:07

Beh voilà tu as tout dit. :3
J'adore le court-métrage originel qui a donné l'idée du long mais j'avais peur d'être déçu par du pseudo remplissage. Plusieurs chroniques ont confirmés mes avis, dont finalement la tienne. Et puis quitte à voir du blockbuster familial, l'excellent "Le garçon invisible" s'impose là (plus que recommandé <3 ).
Et oui, <3 <3 LES MONDES DE RALPH ! <3 <3
*fanboy enclenché*