VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Publié le par Odie soit qui mal y pense

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

VANISHING WAVES (AURORA en VO) est un film de science fiction lituanobelgococorico... (ce qui explique la présence de Kadoc à l'écran, même si, extrême déception, il ne cherche à aucun moment "elle est où la poulette ?").

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Il raconte (le film pas Kadoc) une expérience scientifique visant à ce que Lukas (sorte d'hybride entre Stephane Rousseau, Eric Forman dans THAT '70S SHOW et la coupe au bol de Lionel Messi) connecte ses petits neurones musclés à ceux d'une personne dans le coma (parce que celles qui sont pas dans le coma, elles pensent trop, c'est chiant, ça fait faire "pffuit" à la machine) et dont il ignore l'identité, par le truchement d'une multitude de petits capteurs en formes de comprimés de MDMA collés sur sa tronche, le tout en immergeant tout son être dans l'activité cérébrale du légume, et une baignoire (*ZEUGMA !!!*).

Alors on se dit : "Chouette, un truc un peu barré à la frontière entre Tarkovski, Nolan, Cronenberg et Kubrick qui se passe dans la tête des gens, je vais m'éclater !" (On souffre des névroses qu'on peut).

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)
VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Sauf qu'en réalité, le pitch du film fait indubitablement penser à THE CELL, ce chef d'œuvre où Jenny from the block, déguisée en jambon de Bayonne, traquait un tueur en série tombé dans le coma à l'intérieur du dedans de son cerveau psychopathe pour trouver où il avait planqué sa dernière victime (et là c'est tout de suite moins reluisant comme référence).

Ceci étant dit, il n'y a guère que la jaquette du film qui lui revendique cette illustre filiation (à la limite, la déco et le sarcophage qui ressemble au monolithe peuvent faire penser à un hommage) : en effet, la réalisatrice n'a absolument pas cette prétention puisqu'elle n'en parle à aucun moment de son interview en bonus (mais plutôt de son amour pour le cinéma d'Antonioni d'ailleurs)... D'où une sorte de scission entre le combo punchline-name dropping de la comm (équivalent merchandising subtil du lien putaclic) et la démarche artistique (ou alors ils ont confié la maquette du coffret DVD à un stagiaire qui n'avait pas vu le film, ce qui est possible aussi).

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Et puis le gros souci au niveau scénaristique c'est qu'au bout de même pas 30 minutes de film (qui en compte presque 120) et la première scène explicite d'échanges de fluides corporels, luisants et gluants (sans tour de chauffe et sans sommation aucune par ailleurs), on se demande si cette histoire de connexion neuronale n'est pas juste un prétexte pour montrer un mec qui réalise cash-pistache virtuellement ses fantasmes adultérins dans la tête d'une comateuse à qui faut pas en promettre.

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

À moins que les comateuses lituaniennes ne soient toutes de fieffées salopes extraordinairement belles (et bonnes) qui mangent comme des grosses porcasses... D'ailleurs, étant donné que Lukas ne sait rien de la personne qui partage involontairement l'expérience, ça aurait pu être très drôle s'il s'était avéré que ça n'était pas du tout une fille en fait... Et puis il ne fallait pas qu'il sache qui elle était mais finalement c'est super facile pour lui d'accéder à sa chambre et à son dossier vu qu'elle n'est absolument pas surveillée et que visiblement tout le monde s'en fout.

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)
VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Un film avec des gens qui roulent sur eux-mêmes et courent cul nu, des sécrétions corporelles diverses et variées, de la libellule auto-coprophage, de la bataille de fruits de mer, du téton de compet comme des tranches de chorizo, du "et si je te crachais des oursins dans la bouche ?", du fétichisme, de la mouche, de la partouze à mi-chemin entre THE HUMAN CENTIPEDE, la fresque dans le bureau de Pacino dans L'ASSOCIÉ DU DIABLE et le vieux clip d'HEDONISM de Skunk Anansie, des bruitages outranciers et légèrement écœurants, et la plus longue scène de course à poil sur une plage.

Un film de SF un peu philo et un peu porno qui, visuellement, n'a pas à rougir, qui montre plein d'idées au niveau sensoriel et qui a aussi beaucoup de qualités comme sa photographie par exemple.

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

L'objectivité n'est rien d'autre que le fétichisme du vrai.

Voilà, voilà !

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

En bonus du DVD qui cite plein de gens connus sur sa jaquette, vous trouverez une interview de la réalisatrice qui est toute mimi et qui a l'air toute sympa et enthousiaste.

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Elle y explique qu'elle voulait que son film soit une expérience sensorielle en plus de raconter une histoire, qu'il n'est pas diffusé en Lituanie (dans son propre pays donc, le but n'étant pas de prendre un pays improbable au hasard pour meubler la conversation) parce que la société qui détient 90% des salles refuse de le projeter au prétexte qu'il n'est pas assez commercial (pas pour la nudité frontale en érection ou la dégustation menstruelle hein, nan-nan-nan).

Elle y parle aussi de ses projets et de ses envies de faire des films universels très éloignés des problématiques inhérentes à son pays (qui font partie d'elle et donc de ce qu'elle crée mais que faire un drame social lituanien, ça l'intéresse moyen bof).

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Outre la bande-annonce du film, vous trouverez également un making off avec les interventions de la réal, de l'acteur principal Stephane Forman (où l'on se demande si l'actrice est muette ou véritablement dans le coma) et de Bruno Samper, directeur artistique et scénariste du film, qui racontent avec passion leur implication dans le projet.

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

VANISHING WAVES

Réalisé par : Kristina Buozyte / Genre : romance SF érotique / Nationalité : lituanien, belge, français / Éditeur : Rimini Éditions

Casting : Jurga "Aurora" Jutaite, Marius "Lukas" Jampolskis, Brice "Kadoc" Fournier...

Date de sortie en vidéo : 20 Octobre 2015 / Durée : 2h00min

VANISHING WAVES de Kristina Buozyte (marathon Dvdtrafic, jour 10)

Publié dans film, Dvdtrafic, SF

Commenter cet article

coucousine 19/03/2016 22:16

Un magnifique "moyen bof" repéré...

Odie soit qui mal y pense 19/03/2016 22:17

;)

La Marmotte 19/03/2016 13:45

Un film de boules donc ?

Odie soit qui mal y pense 20/03/2016 12:59

Une véritable sciexperience ?

La Marmotte 20/03/2016 11:37

Une œuvre de sciexe en somme ;-)

Odie soit qui mal y pense 20/03/2016 09:47

Et la science aussi !

La Marmotte 20/03/2016 09:42

Quand les artistes veulent mélanger le Sexe et l'Art... ^^

Odie soit qui mal y pense 19/03/2016 15:56

Mais philosophique et esthétique... C'est un concept ;)