RUSH de Ron Howard [critique]

Publié le par Loutre Joviale

RUSH de Ron Howard [critique]

Un biopic très honnête et fidèle (en tout cas, hyper raccord avec Wikipédia), super chiadé visuellement, qui réussit le pari de rendre intéressant un univers pas nécessairement passionnant pour tout le monde (avis aux désespéré(e)s d'un dimanche sur deux).

Les acteurs jouent juste (en plus d'avoir su cultiver une ressemblance vraiment troublante avec les protagonistes réels) et parviennent à rendre supportable l'opposition très stéréotypée et appuyée (voire martelée à grands coups de cric) entre James Hunt et Nikki Lauda, soit l'anglais-fou-fou-limite-rock-star (pour le côté sex, drug & prises de risques suicidaires) contre l'autrichien-rigoureux-bosseur-limite-autiste (pour le côté "j'ai entendu un tic-tic qui me fait dire qu'il te manque 3/16 de liquide de frein") : Ok, on a pigé, y'en a un qui rationalise tout (et qui, ironie du sort, va pourtant se retrouver avec des poumons plus pourris que son rival noceur) et l'autre qui baise, qui fume et qui picole (C'est un film tout public, merde, et j'ai un fanatique de F1 de 6 ans à côté de moi !).

Alors même s'il s'agit d'un sport européen raconté par des américains, on évite habilement les lourdeurs (il est vrai que les commentateurs nous font quand même des petites piqures de rappel genre "Lauda vient de dépasser Reutemann, le-pilote-que-Ferrari-avait-engagé-pour-le-remplacer-immédiatement-après-son accident"... Euh, les mecs, cette info a été donnée y'a pas 5mn donc c'est bon, on avait intégré le coup de la revanche...).

La photo est hyper soignée procurant au tout ce chouette aspect vintage qui, ajouté à la diffusion d'images d'archives à la télé, apporte encore plus de réalisme à la compétition (et aux accidents, forcément)... Même si ça donne un peu l'impression aux enfants des générations 80 et plus, que les gens des seventies vivaient avec un filtre jaune-orangé permanent devant les yeux.

En conclusion, ce film nous parle de la rivalité entre deux personnalités aux tempéraments totalement opposés et sur l'émulation (et non la haine) qui en découle... avec des super courses de bagnoles en prime !

Publié dans film

Commenter cet article