AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Publié le par Odi-Wan

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

C'est l'histoire de Mary (comme dans le titre), une fille qui coud des dindes en bustier en skaï (c'est Mary qui est en bustier, pas la dinde) en écoutant "La truite" de Schuberg (ouais, bon, ok, c'est l'Ave Maria).

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

A partir de là, on est en droit de se demander de quelle pathologie mentale secrète et inavouable elle souffre...

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Et bien d'aucune (tout du moins sur le départ) : en réalité, la demoiselle est étudiante en chirurgie, et plutôt très très douée en plus.

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Le problème c'est qu'elle est en galère de tunes. Du coup, comme en plus d'être super forte en dinde, elle est aussi super bonne, elle va se faire embaucher dans un club de striptease.

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Et dès le départ, on le sent bien que le tenancier du bordel la trouve toute mimi la petite.

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Bon, j'arrête tout de suite ceux qui espéraient la voir à poil : de striptease, elle n'en fera point car elle sera finalement employée à une toute autre affaire nettement plus lucrative (recoudre un mec à l'agonie sérieusement amoché).

Elle rentre chez elle, dégueule mais au final, elle est plutôt contente vu qu'elle a de nouveau du fric.

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Le souci (enfin les soucis), c'est qu'elle a aussi tapé dans l'œil d'un de ses profs (on l'a déjà dit qu'elle était mega bonne ?) et qu'en parallèle elle reçoit des coups de fil d'une mystérieuse inconnue qui souhaite faire appel à ses talents de couturière, moyennant plein de pognon bien sûr.

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Et pour cause : les actes chirurgicaux underground qu'elle lui demande appartiennent à la modification corporelle extrême (de celle qu'un chirurgien dans un hosto refuse de pratiquer quoi).

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Et le prof s'avère être un putain de gros pervers (d'où un flou artistique et une perte des repères entre les gens "bien sous tout rapport" qui sont de gros fils de pute et les gens déviants qui sont sympas... Alors forcément, la Mary, elle a de quoi avoir de légères petites sautes d'humeur aussi).

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Bref, pour connaître la suite il vous faudra voir le film, ce qui ne vous fera ni gerber ni ne vous traumatisera :

Un film plutôt soft finalement (ce qui n'est pas négatif en soi), un peu gothique, un peu SM, très esthétique, une histoire assez banale parce qu'humaine pour un sujet qui ne l'est pas (banal), un mix de plein de genres (le gore, le thriller, le revenge movie voire la love story impossible avec actes manqués* et tout) qui laisse une impression d'inachevé dans son dénouement un peu précipité... Mais qui reste une découverte très sympathique !

* Parce que la prochaine fois que tu te feras sucer par la première stripteapute venue, évite juste de te faire choper par celle dont tu es amoureux !

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

AMERICAN MARY

Réalisé par : Jen & Sylvia Soska / Genre : Thriller, Epouvante-horreur / Nationalité : américain, canadien / Distributeur : Elephant films

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

Casting : Katharine Isabelle, Antonio Cupo, Tristan Risk, les sœurs Soska...

Date de sortie en vidéo : 3 Mars 2015 / Durée : 1h21min

AMERICAN MARY des Soska Sisters [critique]

En bonus, découvrez les films à venir et les sorties récentes sur Cinetrafic (pourvoyeur de films conceptuels mais pas que).

Publié dans film, horreur, dvdtrafic

Commenter cet article