LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

Publié le par Odi-Wan

LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

(Jon Favreau, c'est le mec qui jouait Pete dans FRIENDS, le milliardaire qui se fait Monica à un moment donné et qu'elle largue parce qu'il se lance dans l'ultimate fighting. C'est important de le préciser pour ceux qui ont les mêmes références sous-culturelles que moi... Sinon, accessoirement c'est aussi le réal d'IRON MAN 1& 2).

LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

LE LIVRE DE LA JUNGLE version 2016, ça pourrait être un joli divertissement familial basé sur une chouette histoire... Ça pourrait.

Ça pourrait si la transposition du dessin-animé en live-action ne foirait pas toute forme de crédibilité.

Si on ne pensait pas dès la scène d'ouverture où Mowgli tente une épreuve d'immunité façon Koh Lanta à courir comme un dératé dans la jungle contre Bagheera qu'il s'entraîne pour intégrer le GIGN ou les Audacieux.

Ça pourrait si on ne perdait donc pas totalement le côté "ACME-cartoon-même-pas-mal" et si on pouvait s'empêcher de penser que le gamin devrait avoir les plantes de pieds en sang et tous les carnivores au train.

Ça pourrait si Bagheera en voix OFF n'annonçait pas tout de suite après :

Mais un jour la pluie s'arrêta.

Alors qu'il n'est pas tombé une goutte depuis le début du film.

Ça pourrait s'il n'y avait pas un très gros problème de proportions : selon les plans (et à distance égale, évidemment), Bagheera fait trois fois Mowgli et sur d'autres on dirait que le gamin promène son chien (un gros chien, certes, mais pas un dont la paluche est censée faire la taille du thorax du mioche non plus).

Ça pourrait si, pendant "la trêve de l'eau" (sécheresse laissant apparaître "le rocher de la paix" ce qui signifie que les carnivores doivent arrêter de becter les herbivores lorsqu'ils vont s'abreuver), tous les animaux de la jungle ne se retrouvaient pas au même endroit au même moment, histoire que le méchant tigre Shere Kan puisse faire son grand retour et proférer sa menace à l'encontre de Mowgli et du clan des loups une bonne fois pour toutes (ça fonctionne à l'économie de paroles un tigre, c'est bien connu) :

Salut tout le monde (mais avec la voix grave et menaçante parce que je suis méchant) ! J'avais disparu mais me revoilou ! Mais quel est ce fumet délicieux qui émane de derrière le croupion du chef des loups ? Serait-ce un petit d'homme ?!? On n'a jamais vu un petit d'homme dans la jungle !

On n'a jamais vu d'hippopotames non plus... Ni de canyons d'ailleurs mais ça n'a pas l'air de te choquer plus que ça.

LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

Puisque vous êtes tous réunis, ce qui tombe plutôt vachement bien pour que tout le monde soit au courant d'un coup d'un seul, je m'en vais donc vous annoncer solennellement que je vais mettre un point d'honneur à bouloter le gamin une fois la pluie revenue.

Et quelques scènes plus tard, la pluie revient (ils ne l'ont pas oubliée cette fois) permettant à la voix off de Bagheera qui bosse en sous-marin pour Evelyne Dhéliat de nous refaire un petit bulletin météo.

Ça pourrait donc être un bon moment de cinéma si l'intégralité des animaux de la jungle ne regroupait pas qu'une petite centaine d'individus... Petite jungle, restriction budgétaire niveau images de synthèse ou c'est un coup d'Aronofsky qui était en train de tourner NOÉ 2 ?

Ça pourrait aussi si Baloo ne sortait pas à Mowgli :

Je dois manger l'équivalent de mon poids en nourriture tous les jours alors va donc me cueillir cette ruche qui doit faire 5kg à tout péter. Je serai fort bien rassasié après ça.

1) Il est bien léger cet ours. 2) Et éventuellement bouffer le gamin ?

Et puis si Baloo n'était pas un grizzly (ayons une pensée émue pour Leonardo Di Caprio) au lieu d'un ours lippu (qui lui, vit en Inde et ne mange pas les enfants).

Si Bagheera n'accusait pas Baloo d'avoir menti à Mowgli :

Les ours n'hibernent pas dans la jungle !

C'est vrai. Aussi vrai que les ours bruns n'y vivent pas.

Ça pourrait si les loups ne faisaient pas des réunions d'alcooliques anonymes en récitant leur slogan qui fait indubitablement penser à une secte (une secte de loups alcooliques ?).

Si Louie ne demandait pas à Mowgli :

– Tu viens de quelle partie de la jungle ?
– Du sud, je crois.
– Le sud ? C'est le Seoni là bas.

Et le gamin, lors de l'affrontement final, de gueuler comme un putois extrêmement fier, comme s'il brandissait sa contrée d'origine comme un étendard alors qu'il ne le savait pas 1/4 d'heure avant : JE SUIS MOWGLI DE SEONI !!!!

Si Mowgli lorsqu'il répète le mantra de la secte des loups alcooliques à Baloo, ce dernier ne lui rétorquait pas :

Ce n'est pas une chanson c'est de la propagande !

De la propagande... "Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire..."... Et ça, c'est une chanson ou de la propagande ? Non parce que venant d'une boîte qui saccage ces œuvres passées pour pouvoir faire du pognon, autant de cynisme, ça touche au sublime.

LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

S'ils ne nous refourgaient pas des séquences complètement anecdotiques avec Kaa et Louie juste histoire de donner dans la nostalgie et pour caser les mêmes chansons que dans l'original (on s'en fout, on paie pas les droits : c'est les nôtres na-na-nère) et si Baloo ne chantait pas EXACTEMENT les mêmes paroles :

Et quand je retourne un gros caillou
Je sais trouver des fourmis dessous
Essaye c’est bon, c’est doux

Sauf qu'il ne joint pas le geste à la parole comme dans l'original, sauf qu'ils en ont oublié l'aspect comédie musicale "je commente ma vie en chantant", sauf qu'il est en train de se laisser dériver au fil de l'eau avec Mowgli juché sur son bide et que ça n'a aucun sens ! Un peu comme si Aladdin chantait à Jasmine "ce rêve bleu / ne ferme pas les yeux" sans faire un looping sur un tapis volant. Un peu comme si des hordes de gamines hystériques hurlaient "le froid est pour moi le prix de la liberté" en plein été. Là on dirait qu'ils viennent de se mater le DVD et qu'ils chantonnent parce que l'air leur est resté dans la tête...

LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

Où l'on se rend compte que la chanson de Baloo et celle du Génie sont totalement juxtaposables. Si, si, essayez dans vos têtes :

Je dors d’ordinaire sous les frondaisons
Et toute la jungle est ma maison
Toutes les abeilles de la forêt
Butinent pour toi dans les bosquets
Ce zoo est un souk
Cornes de bouc
C'est une super ménagerie
Prince Ali, oui c'est bien lui, Ali Ababwa

Sont forts ces cons.

Et puis qui aurait cru que Mowgli était un choriste professionnel ?

Ça aurait vraiment pu être formidable s'il n'y avait pas cet échange superbe :

– Il est formidable ce petit !
– Je sais, je l'ai élevé.

Euh nan Bagheera : ce sont les loups qui l'ont élevé.

Si on ne notait pas une similitude troublante entre la scène du troupeau de bufles (et non de bifles) et celle du troupeau de gnous dans LE ROI LION (et si Kipling ne rappelait pas à notre bon souvenir que cette fameuse scène du ROI LION est copieusement plagiée sur celle de la mort de Shere Kan dans son histoire à lui).

Et si le côté "prise de vue réelle" ne souffrait pas du syndrome NARNIA aka "syndrome des animaux sans couilles".

Ça pourrait être fantastique si Shere Kan, repérant Mowgli au loin, ne possédait pas une vision avec zoom intégré comme dans les plus grands épisodes de BIOMAN.

Et si les éléphants ne se prenaient pas pour des castors à fabriquer un barrage pour éteindre un incendie qui était déjà éteint dans le plan précédent.

LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

Ou si Mowgli ne possédait pas le sarouel devenu slip au tissu le plus résistant de l'Histoire du textile et si le gamin qui l'interprète ne surjouait pas autant...

Mais, à sa décharge, il est au moins d'origine indienne (non mais c'est pas si évident que ça quand on voit la gueule du casting de GODS OF EGYPT) et ça reste une petite personne qui parle à ses amis imaginaires (ou à de quelconques clones d'Andy Serkis) pendant près de 2h ce qui n'est pas ce qu'il y a de plus simple.

LE LIVRE DE LA JUNGLE de Jon Favreau [critique]

Enfin bref, ça aurait pu être un bon film... Si Disney ne poursuivait pas son lent processus de déconstruction de ses propres classiques, laaaaargement entamé avec CENDRILLON, en nous proposant de massacrer cette fois-ci sa version animée éponyme du LIVRE DE LA JUNGLE (pas le livre de Kipling, ça, c'était déjà fait).

Ça aurait pu être un bon film, vraiment, si ça ne se foutait pas autant de la gueule du monde.

Publié dans film, enfants, Disney, remake, live-action

Commenter cet article

christophe 11/10/2016 01:15

il fait le souper il va souper chez laura-fay et marco

christophe 10/10/2016 23:20

il marche dans la forêt des montagnes il faut juste attendre quelques minutes

christophe 10/10/2016 23:19

il marche dans la forêt il fait du vélo

Nio 11/05/2016 00:37

Bon ben pour le coup après ces commentaires vivement éclairés en dessous, le mien paraîtra bien fade : Ben... euh j'ai aimé. Je suis maudit ? Pas taper snirf. o_O

Odie soit qui mal y pense 11/05/2016 11:31

Rien à redire sur le doublage en revanche, tu as raison :)

Nio 11/05/2016 11:29

Ben, à ma décharge je ne l'ai pas vu l'animé de Disney de 1967 ou bien je l'ai vu môme et je m'en souviens pu du tout (sauf quelques passages). Du coup ça a dû jouer... :D
Ou alors c'est le charisme de Lambert Wilson qui m'a bien eu. :3

Odie soit qui mal y pense 11/05/2016 06:56

Bien sûr que non "pas taper" : depuis quand mon avis est-il synonyme de vérité absolue ?!?
Je crois que je n'aime pas les versions live-action parce que je trouve les originaux nettement meilleurs et que la quête de réalisme dénature l'œuvre initiale animée en perdant son aspect innocent et sa fraîcheur : je n'ai pas retrouvé le côté feel-good movie du dessin animé de 1967 dans celui-là (et je pense que l'utilisation à mauvais escient de la BO y est aussi pour beaucoup).

FD 17/04/2016 21:45

Adèle ne devrait pas prendre un blog ciné comme une tribune. Avec ses live-action Disney prolonge le rêve en brouillant de plus en plus les frontière entre la réalité et la fiction. Il faut se laisser porter.C'est aussi cela le cinéma!

Adéle 17/04/2016 21:42

Plus que l'ecploitation de la franchise Disney, c'est l'exploitation de l'homme par l'animal qui me fait bondir. Mettre un enfant en pagne au milieu des bête n'est-ce pas un fantasme malsain alors qu'aujourd'hui les animaux sont massacrés par les mangeurs de viande. Ce film se donne bonne conscience le temps d'une séance en rapprochant l'homme de l'animal. Que mangera le petit Mougli une fois de retour dans son espèce?

refman 17/04/2016 21:37

Pour poursuivre l'idée de LéaS, la cinéphile n'existe plus beaucoup aujourd'hui mais avec des personnes comme de la critique hystérique qui critique à juste titre, la cinéphilie reprend son souffle.

LéaS 17/04/2016 21:35

Encore une fois bravo, vous démontez l'imposture Disney avec zèle, vous ciblez juste et voyez claire. S'il en faut peut pour être heureux, alors je demande de garder la lecture de la critique hystérique comme nécessaire au bien être mental et cinéphilique.

coucousine 17/04/2016 21:32

Comme toujours que des bonnes répliques: sectes des loups anonymes, euh nan Bagheera, les ours brun au milieu de la jungle, l'entraînement audacieux...Merci, j'ai bien ri