Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug

Publié le par Elodie

Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug

Dès le départ, une grosse impression de fake, comme dans un pur film d'animation, comme si absolument tout avait été filmé en Motion Capture, plus rien ne faisant l'effet d'être en décor réel (naturel ou artificiel), même les comédiens ayant l'aspect de grosses cinématiques de jeux vidéos, photoshopés de la tronche à mort, avec des effets numériques pas réussis du tout et pas fluides pour deux sous (ce qui est aberrant pour un film tourné en 48 images/seconde).



On note aussi de gros problèmes de proportions ("Pourquoi y'en a un qui a pas de chaussures ?" dixit T., 4 ans. "Parce que y'en a un, c'est un hobbit et que les autres ce sont des nains...") et la version Bluray 3D est juste impossible à regarder (tout mouvement est pixelisé et flou, comme si les personnages étaient faits en flotte, ce qui fait un tout petit peu mal au cul quand on connaît le prix du coffret... Ou bien c'est mon lecteur qui déconne... Mais que pour ce film ?... Ou alors je suis tombée sur une édition reblistée daubée... Putain de Fnac !...).



Et pourtant, au fur et à mesure, on oublie tout ça (en presque 3h, on a le temps vous me direz).

Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug

D'accord, ça reste un conte donc c'est toujours un peu la même intrigue : la petite troupe, qui a toujours une tapée d'opposants au cul, rencontre un adjuvant qui va l'aider à avancer dans sa quête avec des phrases énigmatiques prononcées très lentement d'une voix grave et profonde...

Et Gandalf, alias « le GPS » édition Terre du Milieu, qui commente systématiquement chaque nouvelle étape du voyage comme si c'était une évidence pour tout le monde (je doute que tout un chacun, même fan ou nain, connaisse par cœur le nom de chaque lieu-dit à la con, genre grotte ou sentier paumés).

Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug

On notera aussi que l'elfe aime rider sur des grosses bestioles, que l'elfe aime recycler les acteurs au chômage depuis la fin de leurs séries respectives (du quota gonzesse from Lost au type qui ressuscitait les fraises dans Pushing Daisies), que l'elfe bourré a lui aussi le sommeil lourd, que l'elfe a une obligation contractuelle de se battre en réalisant moult demi-tours sur lui-même et en faisant virevolter ses cheveux, défiant ainsi toute gravité et toute logique (l'elfe bénéficie d'un tarif préférentiel sur son forfait lissage brésilien) et que Legolas se tape quand même une vieille tête de constipé pendant ses combats... Non en fait, il se la tape tout le temps.

On découvre aussi que ce sont les nains qui ont inventé Aquasplash mais aussi la fameuse "brouette-bodysurf" (non, ça n'est pas une position sexuelle).

Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug
Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug

Enfin, Smaug a un côté Ogre du Petit Poucet ("Hmmm ! Ça sent la chair fraîche...") mâtiné de boss de jeu vidéo qui donnerait lui-même la soluce pour se faire défoncer.

("Pourquoi il parle tout le temps le Dragon ?" T., spécialiste en dragons depuis les 400 visionnages du film d'animation éponyme de Dreamworks, dubitative...

"Parce que le méchant se sent toujours obligé de se lancer dans un long monologue explicatif, qui accessoirement laissera le temps au(x) gentil(s) de bien la lui faire à l'envers ?"

"Parce qu'il faut bien meubler pour atteindre les 2h41 de film ?"

"Parce qu'il faut justifier le salaire de Benedict Cumberbatch ?"

"Parce que c'est un dragon qui parle, voilà !")

Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug
Le Hobbit 2 - La désolation de Smaug

Mais bon, ok, avec ta conclusion au beau milieu de l'action ("Oh mais ça peut pas finir comme ça !!!" E., 7 ans, expert en stratégie militaire fantastique depuis les batailles du Gouffre de Helm et de Minas Tirith, indigné), même si on ne retrouve pas autant le souffle épique et martial de ta première trilogie et qu'on sent bien que t'es un peu obligé de broder, t'as gagné Peter :

On ira voir le 3 au ciné (en tout cas j'en connais deux qui n'ont pas encore bien compris le concept du délai de post-production et qui sont d'ores et déjà bien au taquet).

Commenter cet article

Lemeditant 10/05/2014 10:20

Merci pour cette belle chronique. Histoire de faire mon geek des détails mais:au début de la scène des nains chacun a un tonneau, un orc en casse un. Un nain orphelin de tonneau mais pas pour longtemps car jésus tonneau est ressuscité 3 minutes après.

Loutre Joviale 10/05/2014 11:44

Bien joué !