LA FILLE INCONNUE de Luc et Jean-Pierre Dardenne [critique] (Cannes, 7ème jour)

Publié le par Odie soit qui mal y pense

Ou quand les frères Dardenne tournent une vidéo promotionnelle d'1h53.

LA FILLE INCONNUE de Luc et Jean-Pierre Dardenne [critique] (Cannes, 7ème jour)

En effet, Jenny Davin est une jeune médecin généraliste en forme d'Adèle Haenel. Un soir, alors qu'elle est occupée à en mettre plein la gueule à l'interne dont elle a la garde, une heure après la fermeture du cabinet où elle effectue un remplacement, une jeune femme sonne à la porte. Comme elle veut donner une bonne leçon au jeunot, elle l'empêche d'aller lui ouvrir, arguant qu'après l'heure c'est plus l'heure et que, Oh !, faudrait songer à pas trop pousser mémé dans les orties surtout si elle a pas de culotte, la garce (vous la sentez venir la grosse non-asssitance à personne en danger ?). Ce qui devait arriva donc : les flics viennent la trouver le lendemain afin d'avoir accès à la vidéo de surveillance de son cabinet car la jeune femme qui cherchait refuge la veille a été retrouvée morte non loin de là. Se sentant un brin coupable, la Jenny va tout faire pour découvrir l'identité de la fille inconnue (comme le titre du film !!!) afin de retrouver sa famille et de lui donner une sépulture décente si personne de son entourage ne se manifestait.

Et pour ce faire, elle va avoir un allié petit mais costaud : son IPhone.

Léger et maniable, résistant aux chocs grâce à sa coque de protection, il la suivra dans tous ses déplacements. Son incroyable capacité de stockage lui permettra de mémoriser le numéro de chacun de ses patients ainsi que celui de leurs proches (et ce sur plusieurs générations) et de harceler plein de gens. Sécurité avant tout, sa fonction de commande vocale l'autorisera à téléphoner au volant sans jamais quitter la route des yeux. De plus, sa pellicule photo intégrée lui donnera accès à n'importe quel moment à la capture d'écran de la video-surveillance sur le visage de la jeune femme décédée. Enfin, l'application chronomètre pourra l'aider à prendre le pouls de ses patients.

Par contre quelqu'un peut-il dire à Adèle Haenel que ça ne sert à rien d'appuyer deux fois sur le bouton "power" pour verrouiller l'appareil ?

Une formidable histoire d'amour entre une femme et son téléphone portable à faire pâlir d'envie Spike Jonze, parsemée de grands moments de comédie involontaire tant ils sont tellement... Trop (tragiques, dramatiques, évidents ?). Une belle complicité et une sublime complémentarité qui aboutira à l'éclatement de la vérité, simple, dure et cruelle, comme dans la vraie vie (ou comme dans un film des frères Dardenne, c'est un peu pareil).

LA FILLE INCONNUE de Luc et Jean-Pierre Dardenne [critique] (Cannes, 7ème jour)

Chabadabada chabadabada...

LA FILLE INCONNUE de Luc et Jean-Pierre Dardenne [critique] (Cannes, 7ème jour)

(Parce qu'à Cannes, il y a presque systématiquement des gens qui se barrent avant la fin des films pour aller faire la queue pour la séance suivante... Il y a donc des gens qui se tape près de deux heures de projection et qui ne savent pas comment ça finit).

Publié dans Cannes, film, drame, social, Dardenne

Commenter cet article

FD 25/05/2016 21:26

Cette mono lecture accès sur la sexualité n'est pas à propos sur ce blog ciné? Il s'agit d'un film oú le personnage principal est rongé de culpabilité. Son devoir en tant que médecin est de sauver les gens et là, une personne meurt parce qu'elle a refusé d'ouvrir sa porte! Que dirait Hyppocrate? ça me boulverse, comment peut on vivre avec la mort d'une personne sur la conscience?

Odie soit qui mal y pense 25/05/2016 21:30

Je pense que nous ne faisons qu'essayer de dédramatiser. Ce serait même contreproductif si nous en rajoutions dans la noirceur : les frères Dardenne se débrouillent très bien sans nous !

Franck 25/05/2016 21:22

Adèle, je lis vos commentaires et je me permets cette blague qui, j'espère ne vous choquera pas. Le téléphone peut aussi faire office de sex toy, vive la fonction vibreur

Odie soit qui mal y pense 25/05/2016 21:24

Cela-dit, c'est Adele qui a commencé avec la symbolique de la baguette..

Adéle 25/05/2016 21:20

Le portable est devenu l l'objet transitionel des adultes. Un vrai doudou. Lorsque j'empoigne mon téléphone, je ne peux m'empêcher d'imaginer que j'ai entre les mains un objet acheté chez Ollivender...une baguette. Avec toutes les applications, nous réalisons une partie du fantasme du magicien ( on fige le temps avec des photos, pas besoin d'hiboux, nous avons sms, luminus pour ceux qui ont la fonction torche, le portable fait office de maraudeur...).

Le méditant 23/05/2016 09:03

C'est Steve Jobs qui serait heureux...

Odie soit qui mal y pense 23/05/2016 21:47

Voir son bébé en co-vedette d'un film des frères Dardenne, n'est-ce pas là le rêve de tout parent ?