THE AFFAIR, Saison 3 Episode 2 [résumé]

Publié le par Odi-Wan

L'histoire se passe un an avant l'épisode précédent, c'est-à-dire deux ans après la fin de la Saison 2.

THE AFFAIR, Saison 3 Episode 2 [résumé]

PART ONE : HELEN

Tout commence par une des inénarrables scènes de cul dont la série a le secret. Parce qu'en effet, Helen loue le sous-sol de sa baraque à Vikram, le chirurgien qui avait sauvé la vie de son fils Martin précédemment. Et comme il faut toujours joindre l'utile à l'agréable, Vik la paie une partie par chèque et l'autre en liquide.

Mais, remontant dans la cuisine après ce petit prélèvement matinal, ils font comme s'ils étaient juste potes devant les enfants.

Helen prépare alors les sandwichs du déjeuner pour sa flopée de gosses. Par le truchement du refus d'un des gamins de se sustenter avec la nourriture maternelle, c'est Vikram qui héritera du sandwich, arguant qu'il va avoir beaucoup de boulot au bloc et pas le temps de déjeuner. Helen lui rappelle qu'ils doivent aller dîner chez sa fille (tr)aînée Whitney le soir-même (bon, ils ne font peut-être pas semblant de cohabiter devant TOUS les gosses d'Helen finalement).

Helen part bosser après avoir récupéré sur le bureau de sa fille cadette la superbe carte qu'elle a dessinée pour Noah, son papa le taulard. On découvre qu'Helen ne tient plus sa boutique à la con mais qu'elle est devenue une sorte d'agent immobilier qui utilise sa ruse et sa perfidie toute féminine en racontant une sorte de compilation de mensonges éhontés sur la dure vie de sa copine architecte d'intérieur, mère célibataire d'un enfant autiste par exemple, pour provoquer l'empathie des vendeurs et leur donner l'obligation morale d'employer sa pote afin d'home staginguer leur appart. Et après elles sont toutes contentes.

Helen se rend ensuite au parloir pour voir Noah. Contrairement à la version de Noah dans l'épisode 1 (si tant est que ce soit le même moment), son œil est tout bouffi et purulent. Alors maltraitance carcérale ou piqûre d'une très grosse guêpe, l'histoire ne nous le dit pas mais une chose est sûre : il ne lui reste plus que 9 mois à tirer et il exhorte instamment son ex-femme à ne pas s'en mêler. Pire, constatant qu'elle a une nouvelle fois pas du tout emmené les gosses, il l'envoie copieusement chier et lui demande de ne plus venir le voir. Il part alors, un peu comme un prince, escorté par son futur stalker à casquette et certainement tortionnaire, résigné, énervé et un poil terrorisé aussi, après avoir jeté un regard peiné au dessin de sa fille et l'avoir abandonné ostensiblement sur la table.

Helen se retrouve dans la voiture où elle reçoit un texto de Vik qui la remercie pour leur déjeuner, texto qui ne lui est donc pas du tout adressé (on remerciera les sous-titreurs qui n'ont pas traduit le "our" du message, passant ainsi complètement à côté du sens).

Ellipse temporelle et nous retrouvons notre couple clandestin dans un monte charge, et une Helen un brin dépitée et résignée de constater que son amant passe son temps à envoyer des SMS. Ils arrivent donc dans le loft où vit Whitney avec son compagnon, un vieux photographe qui avant faisait flic mort dans DESPERATE HOUSEWIVES et qui vend ses subtiles créations en noir et blanc à base de chattes et de nichons en gros plan. Helen apprend à son grand étonnement que Whitney continue de faire copieusement de la merde, qu'elle est devenue une sorte d'assistante du bien-nommé Furkat, qu'elle lui fait compta et fellation, qu'elle ne se rend fort logiquement plus à la fac et que si ce n'est pas encore son entrejambe que l'on peut admirer sur les clichés de l'artiste, elle espère bien arriver un jour, à force de docilité, de soumission, de persévérance et du poignet, à devenir sa nouvelle muse, mettant ainsi à rude épreuve la patience maternelle, dans l'arc de même pas 2 minutes.

Malgré tous ses efforts pour se montrer tolérante et bienveillante envers sa merveilleuse progéniture, Helen finit par craquer et la dispute éclate. Dispute qui déviera inévitablement sur le sujet Noah et Helen, se sentant très légèrement coupable (et pour cause), tentera vainement de convaincre Whitney de l'innocence de son père en lui disant que c'est de sa faute s'il a renversé Scotty car elle l'a laissé repartir en voiture après l'avoir raccompagnée alors qu'il était fait comme un Mickey.

Une fois ce charmant repas terminé, Helen et Vik regagnent leurs pénates. N'y tenant plus et souhaitant certainement rajouter une cerise sur le gâteau d'une soirée déjà savoureuse, c'est pile sur le perron qu'Helen se décide à balancer l'histoire du texto à Vik. Il la détrompe en lui avouant qu'il a finalement eu le temps de déjeuner et que c'est pas ce qu'elle croit, que c'est la fille d'un ami, que c'était pas prévu, qu'il n'envisage pas de la baiser et que d'abord elle aussi elle a menti vu que c'est elle qui a buté Scotty...

Non en fait ça il ne le sait pas : elle a menti parce qu'elle est encore allée voir son ex-mari en prison. Helen lui dit que leur relation ne rime à rien et Vik se barre de la chambre, la laissant seule (oui ils arrivent à faire deux choses en même temps : s'engueuler et se déplacer dans la maison)... Mais il revient avec trois slips et un cactus, officialisant par conséquent leur relation et, même s'il comprend qu'elle a besoin d'aller voir Noah puisqu'il reste le père de ses 4 enfants, elle lui promet de ne plus y retourner... Ce qui, à la lumière de sa récente conversation avec le principal intéressé ressemble d'assez près à du très gros foutage de gueule.

THE AFFAIR, Saison 3 Episode 2 [résumé]

PART TWO : ALISON

Au même moment, Alison revient à Montauk après 6 mois d'absence (même qu'on le sait, non pas parce qu'on a reconnu les paysages ou l'architecture mais parce qu'on nous montre bien le panneau "Montauk" de la gare des fois qu'on puisse confondre avec New York).

Elle emménage dans un petit appartement et s'applique à décorer la chambre de sa fille Joanie avec de jolis petits jouets en bois et de mignonnes petites peluches qui ne tiendraient pas deux minutes en présence d'un vrai enfant. Et puis après elle va épier sa gamine à la sortie de l'école où elle est récupérée par Cole, rudement bien cachée derrière ses lunettes de soleil. Mais elle se chie dessus au dernier moment et renonce à aller leur rencontre. Du coup elle téléphone à son psy (ou à son ami imaginaire, on ne sait pas) qui la remonte comme un coucou.

Elle se décide donc à aller trouver Cole (son ex-mari et père de leur fille) au Lobster Roll (le resto qu'ils ont racheté). Là il la pourrit, elle le supplie de la laisser voir Joanie et il lui donne rendez-vous chez lui en fin d'aprem. Elle tue le temps qui la sépare des retrouvailles en allant à La Poste récupérer son courrier, c'est-à-dire 2700 lettres de Noah. Et sauf que quand elle se pointe chez Cole, point de Joanie à l'horizon mais une Luisa (la nouvelle femme stérile de son ex) qui a bien les boules. Avec Cole, elle lui explique qu'il est hors de question qu'elle revoie la petite, qu'ils ont mis des plombes et beaucoup de valium à la faire arrêter de chialer après sa fuite, qu'elle est trop instable, qu'ils ne savaient même pas où elle était passée et ce qu'elle avait foutu pendant 6 mois. Elle leur oppose le fait qu'elle est toujours sa mère et qu'ils ne peuvent pas l'empêcher de voir sa fille. Sauf qu'apparemment, la Alison, elle leur a signé des papiers qui stipulent le contraire.

Moyennement jouasse, elle rencontre ensuite dans la rue le rouquin qui était méchant puis gentil, puis re-méchant et qui l'a aussi baisée à un moment donné (cela-dit, à part Scotty, qui ne l'a pas fait ?). Il lui annonce que sa femme est enceinte et l'invite à boire un verre pour fêter ça. Comme dans son langage ça doit signifier qu'il est dans une période "gentil", elle accepte. Elle lui déballe alors toute l'histoire, répondant ainsi à la question qui nous brûlait l'urètre : qu'a-t-elle donc foutu pendant 6 putain de mois ?!?

Vloulouloulouloute ! (Très mauvais bruit de rembobinage) Rappelons qu'Alison avait perdu son fils Gabriel d'une noyade sèche lorsqu'il avait 4 ans. Ok ? Louvlouloulouloute ! (Très mauvais bruit d'avance rapide)

Et bien à l'approche des 4 ans de Joanie, la gamine ayant chopé une mauvaise grippe, Alison a tout bonnement pété les plombs et décidé de l'abandonner à son père, en pleine nuit, pour ne pas la voir mourir. Elle a donc passé tout ce temps en HP. Et c'est dans cet "institut", alors qu'elle était au fond du trou, qu'elle a signé les fameux papiers la déchargeant de ses obligations maternelles.

Donc de deux choses l'une : soit Cole ment puisqu'il a dit qu'il ne savait pas où elle était passée soit c'est elle (puisque c'est sa version) soit les scénaristes étaient torchés (ce qui est possible aussi).

Et puis finalement, alors que, tel DSK, elle sort de la douche et qu'elle se décide à ouvrir une des (très) nombreuses lettres de Noah, quelqu'un sonne à la porte : c'est Cole qui lui amène Joanie. Elle le remercie les larmes aux yeux (en même temps, ça faisait longtemps qu'elle nous avait pas fait le coup du bout du nez tout rouge) et il lui dit qu'il ne le fait pas pour elle mais pour leur fille, faisant ainsi directement echo aux paroles de Noah qui expliquait à Helen que s'il avait accepté qu'elle vienne le voir en prison c'était uniquement pour qu'il puisse voir ses enfants.

Toutes des putes !!!... Man powaaaaa !!!

Fin de l'épisode 2 de la Saison 3, à suivre...

THE AFFAIR, Saison 3, Épisode 3 :

Commenter cet article