THE AFFAIR, Saison 3 Episode 4 [résumé]

Publié le par Odi-Wan

Ou comment Cole et Alison en viennent à recoucher ensemble.

THE AFFAIR, Saison 3 Episode 4 [résumé]

L'épisode relate deux versions de la même période, celle de la fête d'anniversaire pour les 5 ans de Joanie (ce qui est une espérance de vie miraculeuse en soi pour un enfant d'Alison et Cole).

Et alors que la version de Cole est très centrée sur Alison, la version d'Alison est quant à elle... très centrée sur Alison aussi.

Notons d'ores et déjà que dans la version d'Alison, elle est souvent en jean, les cheveux attachés à l'arrache et sales, se souciant peu de son apparence, toute dévouée qu'elle est à passer pour quelqu'un de bien (ou tout du moins d'à peu près équilibré) pour récupérer en partie la garde de sa gamine, tandis que dans la version de Cole, Alison est toujours en robe (voire carrément en nuisette), les cheveux lâchés, suintant les phéromones par le moindre de ses petits orifices épidermiques (quand on dit que l'amour est aveugle... ou que la bite n'a pas d'œil, je ne sais plus).

Compliquons donc l'exercice (parce que j'aime les challenge sinon je m'emmerde) en remontant l'épisode d'un point de vue chronologique pour opposer les versions.

THE AFFAIR, Saison 3 Episode 4 [résumé]

LE MATIN.

(PART ONE : COLE) Cole prend sauvagement Alison. Sauf que tout à coup sa gamine hystérique lui saute dessus et il se réveille aux côtés de Luisa quelque peu perturbé.

Joanie est donc très excitée (un peu comme son père, mais pour d'autres raisons) : outre le fait qu'elle ait atteint l'âge canonique de 5 ans (ce que son frère aîné n'avait pas réussi à accomplir), la perspective de sa future fête d'anniversaire organisée par sa belle-mère lui fait pousser de petits cris stridents dans une langue méconnue.

Au petit dej, alors que Cole essaie vainement de faire refluer le sang vers son cerveau afin de se concentrer sur le monologue passionnant de Luisa la birthday planner psychopathe, il l'entend prononcer au détour d'une phrase le prénom d'Alison. Après avoir toussé pour masquer le bruit de la déflagration dans son slip, il annonce à sa chère et tendre que ça ne le dérange pas le moins du monde d'aller chercher Joanie à l'école pour l'emmener voir sa maman si ça peut la soulager un peu (non mais c'est vrai, avec tout le mal qu'elle se donne pour élever une petite fille qui n'est pas la sienne, ce serait la moindre des choses que de lui montrer ainsi toute la reconnaissance qu'il peut avoir pour elle). Mais Luisa, pas tout à fait conne, refuse cette attention, si charmante et désintéressée soit-elle, parce qu'en plus elle doit aller récupérer le gâteau. Sauf que Joanie lui annonce tout de go :

Ah non, le gâteau, c'est maman !

Et Schmidt.

Luisa prend moyennement bien la chose et se met à lancer des petits éclairs avec les yeux à son mari qui lui jure qu'il n'était pas au courant... Mais lui demande tout de même si elle peut annuler le sien (ALERTE ALERTE, CODE ROUGE : non mais t'es malade ?!?). Il embrasse alors sa femme du bout des lèvres (certainement pour ne pas attraper son hystérie) et lui dit avec toute la bienveillance qui le caractérise que quand on fait la connerie d'inviter les gens par politesse, on prend le risque qu'ils acceptent, alors elle va bien se calmer et fermer sa gueule. Et puis après il la rassure en lui disant que ça va bien se passer (mais en croisant les doigts derrière son dos tout de même).

Cole se rend sur le chantier de leur future maison qui ne risque pas de se terminer vu que ce sont ses frères qui ne branlent strictement rien qui s'y collent. Il reçoit alors un appel de Luisa qui lui annonce qu'elle ne pourra malheureusement pas aller chercher Joanie à l'école (oh ben ça ça tombe bien alors !). Alors même si ça l'emmerde vachement, il se dévoue.

L'APRÈS-MIDI.

(PART ONE : COLE) Cole s'incruste donc lors du créneau d'Alison, et accompagne son ex-femme légère et court vêtue, sa fille et leur chaperonne au parc. Il observe la scène de loin et bouffe Alison des yeux. Alison tape une petite flipette d'angoisse lorsque Joanie tente de grimper tout en haut de la cage à poules. Cole assiste ainsi, désolé et impuissant, à la consignation de l'incident par l'assistante sociale dans son petit calepin.

(PART TWO : ALISON) Sérieuse, déterminée et pas du tout court vêtue, Alison s'amuse avec sa fille et lui laisse beaucoup de liberté : elles font la roue puis Joanie-la-téméraire lui montre comment elle est devenue médaille d'or de funambulisme en traversant la cage à poules en marchant sur les mains à 2m du sol. Alison prend donc vachement sur elle, même si elle a peur, à croire par ailleurs qu'elle le fait uniquement pour attirer l'attention de Cole, en grande discussion avec la chaperonne, assis tous deux sur le même banc. Elles font ensuite un petit gouter en discutant innocemment de ce moment ô combien poétique et merveilleux qu'a constitué la naissance de la petite fille. Alors Alison ment éhontément :

Mais oui papa était là, il m'a tenu la main tout le temps.

Parce que des fois, quand on veut récupérer la garde de sa gosse et lui éviter un traumatisme certain, vaut mieux.

L'assistante sociale s'étant barrée, elle discute ensuite avec Cole devant la bagnole :

Comment j'ai été ? J'ai été bien hein ? Hein que j'ai été bien ? J'ai fait des progrès hein dis, j'ai fait des progrès ? Et elle t'a dit quoi la dame ? Elle pense que j'ai fait des progrès la dame ? Chui lourde ? Je peux faire un gâteau pour l'anniversaire à Joanie ? Et je peux avoir Joanie à dormir mardi à la maison pour le soir de son anniversaire ? Je sais qu'il faut un tiers mais si tu dis oui, le tribunal acceptera. Allez steuplé dis oui... Diwoui-diwoui-diwoui-diwoui-diwoui !!!!! Et maintenant chui lourde ?

Oui. Mais t'es bonne aussi.

Cole accepte pour le gâteau en lui demandant juste de ne pas y mettre de fruits à coque parce que Luisa est allergique. Et puis pour mardi, va d'abord falloir qu'il en parle à Luisa... Et hop que je te fournis l'arme ET le mobile !

LE SOIR.

(PART ONE : COLE) Après avoir bordé Joanie (non mais quel enfant s'endort avant même que la personne qui l'a mis au lit ait quitté la pièce ?!?), Cole retrouve Luisa-la-dévouée, toute affairée à empaqueter les cadeaux pour les petits copains invités lors de l'anniversaire. Comme il n'est pas très fute-fute, il ne voit pas du tout venir la crise de jalousie de sa femme. Alors quand elle lui demande si ça s'est bien passé au parc, au lieu de temporiser, emporté par son enthousiasme hormonal, il lui répond que c'était trop cool, qu'Alison et Joanie se sont éclatées et qu'elle sont trop complices ! Du coup, comme elle ne l'a pas du tout mauvaise, elle lui rappelle qu'elle ne veut pas qu'Alison ait un droit de visite sans tiers parce qu'elle ne lui fait absolument pas confiance.

Ok Alison est une grande malade qui suinte, entraînant à sa suite de très grands risques de glissades parfois mortelles, mais ça n'apparaît positif à personne qu'elle ait choisi d'abandonner sa fille (à son père hein, pas sous un pont) pour se faire interner plutôt que de faire une connerie ? Par contre le fait qu'elle ait caché sa paternité à Cole et qu'elle l'ait fait élever par un autre homme pendant 2 piges, ça, ça ne choque personne.

(PART TWO : ALISON) Prise par une furieuse envie de modélisme, Alison oublie l'heure du rdv avec l'avocat de Joanie. Elle arrive donc à la bourre ce qui la fout d'emblée vachement bien. Elle tente de plaider sa cause mais il lui rappelle que c'est quand même une chômeuse dépressive mariée à l'assassin du frère du père de sa fille et que même si elle fait du yoga, c'est pas gagné-gagné pour le droit de visite sans tiers. Elle ravale sa fierté mais arrivée dans sa voiture, elle n'est pas très contente et se défoule sur ce pauvre volant qui ne lui a rien fait.

Elle rentre alors cuisiner le gâteau et au moment du nappage, hésite longuement devant le pot de beurre de cacahuète. Elle s'en saisit et c'est là que, sauvée par le gong, on sonne à la porte : Ce sont les flics qui lui annoncent gaiement que Noah a été poignardé. Elle reste bien con (déjà que), leur dit qu'elle l'ignorait et qu'elle n'a pas de nouvelles de lui depuis un an (menteuse !). Ils lui demandent si elle sait où était Cole ce soir-là et devant son incrédulité lui disent qu'ils vont aller l'interroger directement, ça leur fera gagner du temps vu sa réactivité de plateau de fruits de mer. Au moment de partir, le flic remarque le pot de beurre de cacahuète. Du coup, elle prend la sage décision de renoncer à s'en servir (bah oui, là, pour le coup, c'est mort). Elle écoute alors le message que Noah lui avait laissé sur son répondeur le soir de son agression dans l'épisode 1. Et après une longue, très longue (trop longue ?) hésitation, elle décide de le rappeler, cette conne, mais tombe directement sur son répondeur.

L'ANNIVERSAIRE DE JOANIE.

L'ARRIVÉE D'ALISON.

(PART ONE : COLE) Grâce à la discussion entre Cole et son pote le rouquin qui porte son bébé dans les bras, on apprend qu'au moins 9 mois se sont écoulés depuis le retour d'Alison à Montauk après son internement volontaire. Alison apparaît alors avec son gâteau, telle une madone échevelée après s'être roulée dans les foins, et Joanie court se jeter dans ses bras, pendant que Luisa installe ostensiblement son énOrme gâteau sur la table. Cole s'excuse auprès d'Alison qui encaisse le coup sans broncher.

(PART TWO : ALISON) Alison débarque avec une gueule de déterrée et une robe moche, et est moyennement jouasse de remarquer qu'il y a un cheval et non pas un poney. Personne ne s'intéresse à elle, personne ne la voit arriver. Alison s'approche de la table avec son gâteau et voit que Luisa en a acheté un énorme (le mien est plus gros que le tien nananère !). Elle discute ensuite avec Oscar le rouquin et l'interroge astucieusement sur les dates du conseil municipal ainsi que sur la présence de Cole et découvre qu'il n'a pas d'alibi pour le soir de la tentative de meurtre sur Noah. Cole les interrompt et Alison lui soumet ses réserves au sujet du cheval en lui demandant si tuer accidentellement leurs enfants est un challenge qu'il s'est fixé.

LES BOUGIES.

(PART ONE : COLE) Luisa est aux côtés de Joanie, Cole est en retrait, Alison bien loin derrière. Cole, toujours fébrile, lui fait signe de se rapprocher mais elle refuse. Luisa capte alors l'attention de mari pour qu'il arrête de mater son ex-femme et qu'il immortalise ce moment magique.

(PART TWO : ALISON) Alison reste bel et bien en retrait pendant que Cole photographie Luisa et Joanie. Au moment où Alison s'approche enfin, Luisa fait diversion avec le cheval pour que Joanie ne soit pas en contact avec sa mère.

LE PONEY.

(PART ONE : COLE) Cole mate encore et toujours la mère de sa fille qui est très inquiète (on le sait parce qu'elle tortille nerveusement sa robe en tremblotant de la lèvre inférieure). Joanie se casse la gueule en faisant coucou à sa mère dans une cascade à couper le souffle pendant que le type du poney continue à promener l'animal sans gamine dessus. Alison se précipite et Cole empêche Luisa d'intervenir ce qui ne va pas du tout la vexer comme un rat mort. Il rejoint Alison comme un sauveur, comme un père modèle, comme un soldat, comme une star de cinéma, pour remettre Joanie en selle et calmer les angoisses de sa folle de mère (ou l'empêcher de les transmettre à leur fille). Alison lui dit "thank you" de loin avec sa bouche à pas tomber enceinte et ses grand yeux implorants ce qui entraîne immédiatement une combustion spontanée.

(PART TWO : ALISON) Joanie n'a pas envie de monter à cheval. Luisa et Cole lui forcent la main parce que, merde, ça coûte un bras cette connerie alors tu vas pas faire ta pute ! (Luisa balance d'ailleurs au passage un petit tacle à Alison sur la transmission de ses peurs irrationnelles de grosse psychotique).

Joanie se vautre mais c'est Luisa qui se précipite, pendant qu'Alison fait une crise de panique avec hallucinations alors que la gamine n'a rien. Les gens font la queue pour la gifler mais c'est finalement Cole qui réussit à la faire revenir à elle et il la rassure en lui disant que lui aussi flippe sa race parfois. Alison va faire un gros câlin à leur fille, éclipsant Luisa, et les deux parents échangent un regard complice, plein d'hormones et de sous-entendus.

LE DÉPART D'ALISON.

(PART ONE : COLE) Cole rejoint en boitillant Luisa à l'intérieur qui refuse de lui parler et il la laisse partir furax avec le gâteau d'Alison sous le bras pour le lui carrer dans le cul certainement.

(PART TWO : ALISON) Alison quitte la fête rattrapée par Luisa qui veut donc bel et bien lui carrer son gâteau dans le cul (ou qu'elle le remballe, c'est pareil). Luisa lui en met plein la gueule et Alison, passant en mode Jesus, tend l'autre joue, se répand en excuses et la supplie de ne pas lui prendre sa fille au lieu de lui dire que c'est pas parce qu'elle est pas foutue d'avoir un utérus viable qu'il faut qu'elle s'approprie les enfants des autres (ou un autre truc sympa dans le genre). Puis elle repart penaude, son gâteau entre ses jambes.

LA FIN DE LA FÊTE.

(PART ONE : COLE) Après le départ des invités, Cole s'engueule une nouvelle fois avec Luisa qui fait sa malheureuse qui va tout perdre à cause de cette salope de petite fouine manipulatrice d'Alison. Cole la détrompe et la rassure mollement mais prend quand même la défense de son ex parce que bon, ils ont quand même déjà perdu un gamin et ça, tu peux pas test.

Là, les flics sonnent à la porte et lui annoncent que Noah a été poignardé. Ils lui demandent son alibi, Luisa lui en fournit un, et Cole leur dit qu'il est vachement déçu que Noah s'en soit sorti, ce qui est franchement très malin quand on est le principal suspect (pas très bien irrigué le cerveau on a dit !).

Sauf qu'en fait, Luisa a menti pour le couvrir alors elle lui demande des comptes. Mais le Cole est bien emmerdé parce qu'il ne sait pas trop quoi lui répondre.

LE SOIR.

(PART ONE : COLE) Il se rend alors chez une Alison à moitié à poil pour se libérer de sa colère. Elle lui dit qu'elle ne savait pas que les flics viendraient lui chercher querelle (menteuse !). Il lui répond que :

Ah ben non, c'est juste le mec qui a tué mon frère, c'est sur que j'ai aucune raison d'être suspecté...

Connasse.

Puis il profère des menaces pour bien marquer sa virilité :

S'il se pointe à Montauk, je le bute !

5-4-3-2-1 paf pastèque !

Elle lui dit qu'elle a coupé les ponts et l'invite à s'assoir comme une vile tentatrice qu'elle est. Il lui tape un scandale sur son attitude de pauvre petit chien battu insupportable qui passe son temps à s'excuser de respirer (et qui le rend complètement fou). Elle lui promet qu'elle ne veut pas foutre la merde dans sa vie (mouahaha !), que lui, il est comblé et qu'elle, elle a tout perdu, même sa fille (la faute à qui ?), qu'elle mérite d'être punie pour ce qu'elle a fait et qu'elle se fera toute petite. Il s'apprête à partir encore gorgé de colère et de testostérone mais elle se met à le regarder avec ses yeux qui sentent le cul. Là, du bout des lèvres, elle le remercie pour ce qu'il a fait pendant la fête d'anniversaire de leur fille. Alors il se jette sur elle et ils se roulent des gros palots par paquets de 25.

(PART TWO : ALISON) Alors qu'elle est plongé dans sa thérapie par le modèle réduit, Cole sonne à la porte. Il lui reproche de lui avoir envoyé les flics et lui demande si elle le pense coupable quand tout à coup il tombe en arrêt devant l'immense maison de poupée qu'elle a fabriquée de ses blanches mains expertes pour l'anniversaire de leur fille (notons que dans la version de Cole, point de maison de poupée mais une nuisette fort gouleyante). Comme c'était son rêve de petit garçon d'en avoir une, il est tout ébaubi. Elle lui fait alors faire le tour du proprio en tamisant la lumière comme une petite sal... coquine. Elle le supplie à nouveau à demi-mot de lui laisser leur fille pour le soir de son anniv, lui dit qu'elle est prête à faire sa crêpe pour toujours, à tout accepter même de le voir aimer une autre. Il lui prend alors la main puis la bouche, puis la... Bref.

Le lendemain matin, Cole a regagné ses peinâtes. Alison s'apprête à enfourcher son vélo comme elle sait si bien le faire lorsque Luisa le dindonneau de la farce débarque : encore humide de la veille, Cole l'a convaincue qu'Alison ne fera plus de mauvais choix (mouahahahaha) alors elle lui laissera Joanie pour le soir de son anniversaire.

Alison part nager dans la mer puis s'installe sur la plage, heureuse et rassérénée d'avoir de nouveau foutu le bordel dans la tête et dans la vie de son ex-mari.

Mais alors qu'elle rentre en vélo, vlatipa qu'elle croise une mini-Cooper rouge absolument discrète avec Noah au volant...

KARMA, BITCH !

Fin de l'épisode 4 de la saison 3, à suivre...

THE AFFAIR, Saison 3, Épisode 5 :

Commenter cet article

coucousine 24/12/2016 21:10

Cette chronique est une pure magie de noël. Merci mille fois, c'est un délice, j'aimerai commenter chaque phrase. Vous êtes une GRIFFONdor de la critique.

Odi-Wan 25/12/2016 01:16

Ben merde alors : moi qui œuvrais pour être une serpentard ! Joyeux Noël !!!