Un résumé rigolo de 50 NUANCES PLUS CLAIRES, le tome 3 de la trilogie FIFTY SHADES de EL James - Partie 2.

Publié le par Odi-Wan

Précédemment dans CINQUANTE NUANCES PLUS CLAIRES (et si vous avez raté la première partie) :

Un résumé rigolo de 50 NUANCES PLUS CLAIRES, le tome 3 de la trilogie FIFTY SHADES de EL James - Partie 2.

http://www.delacritiquehysterique.com/un-resume-rigolo-de-50-nuances-plus-claires-le-tome-3-de-la-trilogie-fifty-shades-de-el-james

Le soir venu, au lieu de s'engueuler (encore et encore...), ils baisent (encore et encore).

Au sud de mon nombril, tout se liquéfie.

Il était temps !

J’ouvre un œil et le vois retirer un foulard en soie prune de la poche arrière de son jean. Il est assorti à ma robe.

Et revoilà le nuancier.

Tu vas me bander les yeux ?

Non, non : je vais t'étrangler... Ou t'étouffer avec, je sais pas encore, j'hésite.

Au lieu de ça, il lui file à bouffer des feuilles de vignes farcies congelées (vu qu'il vient de se cramer avec le micro-onde, elle n'ose pas lui dire que ça se mange chaud).

Et après l'avoir bien intoxiquée, il l'emmène dans la salle de jeu, l'attache à la croix de Saint André et commence à faire mumuse avec son clito.

C’est le seul point de mon corps qu’il touche : toute la tension, toute l’anxiété de la journée se concentrent dans cette parcelle de mon anatomie.

Une parcelle... Je vous laisse imaginer la taille du bordel...

Comme en fait son but c'est de la punir de s'être montrée relou en lui posant plein de questions sur Jack Hyde, il l'empêche de jouir. Et tout à coup, elle s'aperçoit que ça reste un odieux connard qui ne veut que la faire souffrir. Alors elle prononce le mot d'alerte et se tape une énorme crise de nerfs et de chiale...

Tant de choses se sont produites au cours des derniers jours – l’incendie dans la salle des serveurs, la poursuite automobile, mon plan de carrière imposé, cette pétasse d’architecte, ce cinglé armé dans mon appartement, nos disputes, sa colère, son absence…

Ce qui permet donc à l'auteure de noircir de la page avec un de ses inénarrables résumés.

Du coup, le Cricri, bien emmerdé, accède à sa requête et lui parle de Jackou.

Si Hyde est venu ici hier soir, c’était pour te kidnapper.

Sans déconner ? C'était pas pour taper le carton en buvant l'apéro ?!? Ça c'est de la révélation !

Et ils s'endorment... (Sans baiser ?)

Mais Cricri fait un horrible cauchemar dans lequel Jackou tuerait sa courgette (est-ce véritablement un cauchemar ?) alors ils baisent (ouf !).

Sa langue envahit ma bouche ; elle a le goût du désespoir.

Non, non : c'est juste l'haleine du réveil Ana.

Il me serre fort dans ses bras, entre et sort de moi lentement, me propulsant… de plus en plus haut…

Yiiiiiihaaaaaa !!!! Rien à rajouter : l'image se suffit à elle-même.

J’ai l’impression qu’un train m’est passé dessus – ce train de marchandises lancé à toute vitesse qu’est mon mari.

Donc, en gros, si on résume, Ana, y'a que le train qui lui est passé dessus.

Et après ça, elle insiste à nouveau lourdement pour qu'il lui parle (ce qui le gave profondément... Et moi n'en parlons pas), en l'appelant "mon petit garçon perdu" toutes les 3 lignes.

Comme toujours, je n’arrive pas à suivre ses sautes d’humeur. Je ne veux pas le faire souffrir en l’obligeant à revivre son cauchemar.

Mais pourquoi tu insistes dans ce cas, sombre conne ?

Le lendemain, il l'emmène passer le weekend à Aspen...

Au Colorado ?
— C’est cela même. À moins qu’on ne l’ait déplacé.

Dieu qu'elle est bête...

— Mais on va mettre des heures à arriver là-bas, non ?
— Pas en jet, susurre-t-il tout en passant sa main sur mes fesses.
Évidemment, mon mari a un jet.

Évidemment.

... Pour échapper aux paparazzis.

J’ai encore des frissons dans le dos en repensant aux flashes aveuglants des photographes lorsque notre voiture est sortie du parking ce matin.

Paparazzis qui ne vous ont donc pas suivis jusqu'à l'aéroport...

Cricri lui fait la surprise d'avoir invité Kate, Elliott, Mia et Ethan et elle nous refait une petite crisette de jalousie à propos de l'hôtesse de l'air.

Elle est vraiment très jolie. Ma conscience hausse un sourcil parfaitement épilé.

Mais pourquoi ? Pourquoi cette précision ridicule ? Et pourquoi nous la ressortir au moins trois fois ?

La courgette sent une tension entre sa cops Kate et son gros queutard de mec (qui, de l'aveu de Cricri, s'est tapé toute la population féminine de Seattle et de sa proche banlieue... Dont Gia, l'architecte d'intérieur nympho).

Sait-elle que Gia a travaillé sur cette maison ? Je ne peux pas lui poser la question devant Elliot. Je décide de lui parler dès que nous serons seules.

Ah ben ouais, t'as raison, vas-y : fous carrément les pieds dans le plat !

Bref, on passera sur le fait que rien n'indique que Taylor soit avec eux dans l'avion mais qu'on le retrouve tout naturellement sur le tarmac à l'arrivée, au volant d'un minibus de location (où l'on apprend donc que Taylor a plus de 17 ans puisqu'il peut transplaner en dehors de l'enceinte de Poudlard). Puis Cricri fait découvrir à sa chère épouse les merveilles locales...

Là, c’est Ajax Mountain… qu’on appelle aussi Aspen Mountain, m’explique Christian.

"Elle passait ses nuits assise dans ce café parée de tous ses bijoux... On l'appelait Madame Bijoux."

Elle va faire du shopping entre gonzesses (et un peu de placement produit dans la foulée), s'achète une robe ras-la-moule, surprend Elliott avec Gia la nympho, se demande si elle doit en parler à Kate, se dit qu'elle va plutôt aller foutre la merde en allant en parler à Elliott et à Cricri (pas besoin d'ennemi quand on a Ana pour amie), rentre et se fait couler un bain par son cher et tendre psychopathe.

Ça sent divinement bon… la fleur d’oranger, je crois.

Tu... Crois ? Parce que c'est quand même assez facilement identifiable comme parfum...

Mais avant ça (suspens et roulement de tambour...), ils baisent !

— Je croyais qu’on prenait un bain ?
— Tant qu’à faire, mieux vaut que tu sois bien sale avant.

Histoire de barboter dans vos propres sécrétions corporelles ?

Une fois dans l'eau (et puis d'autres trucs qui flottent), elle décide de lui balancer l'histoire d'Elliott et Gia et Cricri la rassure en insistant bien sur le fait qu'il SAIT que son frère et TRÈS amoureux de Kate (ho, hoooo !... Mais que veux-tu dire par tous ces sous-entendus lourds de sens, petit cachotier ? Oui parce que, histoire de renforcer un peu plus l'absence totale d'intérêt de l'histoire et après Ana qui nous sort régulièrement des "previously in Fifty shades", on a Cricri qui balance des spoilers).

Ils vont tous ensemble bouffer au resto, repas pendant lequel Christian n'arrête pas de tchatcher (il était pas sensé être handicapé de la communication verbale ce mec ?).

Ethan, qui discute avec Christian. (...) Christian semble bien dans sa peau. Il a bavardé toute la soirée avec Ethan.

Contrairement aux apparences, ces deux phrases ne sont bel et bien séparées que par 2 lignes.

Et là, quelle surprise !!!! Elliott demande la Kate en mariage... Alors tout le monde se congratule, tout le monde chiale (moi aussi mais pas pour la même chose) et tout le monde va fêter ça en boîte.

L’endroit n’est pas bondé pour un samedi soir, mais plutôt fréquenté pour la saison.

Mais qu'est-ce que tu en sais ? C'est la première fois que tu fous les pieds à Aspen !

Carré VIP (« manifestement, c’est la meilleure table de la boîte »), champagne, Ana est torchée...

Les deux coupes de champagne et les nombreux verres de pouilly-fumé que j’ai bus durant le dîner commencent à faire de l'effet.

Sans déconner ?

... Ana marque son territoire (« Il est à moi ma poule »), Ana se lâche sur la piste, Ana se fait peloter par un gars, Ana le gifle, Cricri lui défonce sa gueule (au gars pas à Ana), Ana résume sa journée.

Christian qui me flanque sur son épaule dans l’avion, son inquiétude quand il se demandait si la maison me plairait, nos ébats de cet après-midi, notre bain, sa réaction à ma robe, ma gifle au Géant Blond – ma paume me fait encore mal. Enfin, Christian qui me borde sagement…

Mais on s'en tape !!!! On est au courant : on vient juste de le lire, bordel !

Le lendemain, GDB, Christian, plutôt conciliant d'ordinaire avec son haleine de phoque du matin, exhorte Ana à boire le verre d'eau qui a passé la nuit sur son chevet...

C’est de l’eau minérale pétillante, fraîche – très fraîche, sans doute parce qu’elle se trouve là depuis longtemps.

C'est tout à fait logique, en effet... Sans compter, qu'on est au mois d'Août.

... tchoule...

Je m’illumine de l’intérieur.

Comme ET ?

... Ana se demande comment elle va faire pour cuisiner Elliott à propos de Gia (mais puisqu'ils se sont rencontrés par hasard dans la bijouterie où il se rendait pour acheter la bague de fiançailles de Kate, c'était pas archivé cette connerie ?).

Fin du weekend, « dur retour à la réalité : le boulot, les paparazzis, Jack en détention préventive, l’éventualité qu’il ait un complice », Ana n'en finit pas de faire décaler ses RDV par son assistante pour... ne rien foutre, Ana discute par mail avec son "Cinquante nuances" (qui peu à peu va devenir son "M. Cinquante"... Non ce n'est pas son scooter, même si ça peut prêter à confusion : c'est un train on a dit !), signe « Anastasia (belle et rebelle) » (rien que ça), grosse ellipse temporelle d'au moins 8 jours au fil des dates des messages, et puis Leila se pointe à son boulot (chouette, il va (enfin) se passer quelque chose !), Ana la reçoit dans la salle de réunion (qui ne sert à rien), Ana décale une nouvelle fois ses rendez-vous (non mais attendez là c'est important, c'est pour un motif valable : discuter avec l'ancienne soumise de son mari qui avait "essayé de la tuer" dans le tome 2), Cricri débaroule furax au boulot d'Ana, Leila est aux Oscars, Leila remercie tout le monde (ah ben non, il ne se passe rien), Ana insiste lourdement pour faire avouer à Cricri qu'il avait des sentiments pour Leila et s'engueuler avec lui (alors qu'il n'y avait aucune raison à ça mais bon, elle est un peu comme le lecteur : elle s'emmerde), ils baisent (« Sa langue tourbillonne, tournoie et s’enroule autour du centre de mon univers » c'est-à-dire son clito), et puis le lendemain, au boulot, Ana reçoit un appel du papa de José : son père s'est planté en bagnole (Youpi ! Encore une nouvelle occasion de ne rien branler !).

Elle se rend à l'hôpital à Portland, nous gratifie de moult "mon papa, mon petit papa d'amour que j'aime et que je veux pas que tu meures", Cricri ne peut pas la rejoindre tout de suite...

— J’ai une réunion avec des types de Taïwan, je ne peux pas les annuler, on travaille sur ce contrat depuis plusieurs mois.
Pourquoi ne suis-je pas au courant ?

Peut-être parce que tu n'en as rien à carrer, vu que, de ton propre aveu il y a trois pages, tu es légèrement clito-centrique ?

... Suspens insoutenable (l'œdème cérébral de Ray va-t-il se résorber ?), Cricri rejoint Ana, Cricri et Ana vont à l'hôtel Heathman (la même suite que dans le tome 1), Cricri dit à Ana que son frère a un goût de chiotte...

Il n’a pas si mauvais goût que ça puisqu’il épouse ma meilleure amie.

Euh... C’est peut-être un peu carrément pour cette raison qu'il te disait ça en fait.

... Cricri dit « Yar » à tout bout de champs (comme dans « Indiscrétions, avec Cary Grant et Katherine Hepburn »... Que EL James a certainement dû mater à ce moment-là de la rédaction de son... roman), ils partagent de beaux et grands moments où ils se souviennent du début de leur histoire (il y a grosse-merdo 4 mois)...

À part la fois où tu es venu m’emmerder chez Clayton’s, tu es déjà entré dans un magasin pour faire des courses ?

Que c'est meugnon !

... l'œdème cérébral de Ray se résorbe mais il reste dans le coma, Cricri a une surprise pour Ana : sa mère (qui est toubib comme tout Grey de Seattle qui se respecte) s'est rendu au chevet de Ray...

C’est toi qui as demandé à Grace de venir ?

Ben non, elle a vu de la lumière (depuis son hosto à 300 bornes de là, ce qui est vachement fort) et elle est entrée.

... c'est l'anniversaire d'Ana, Cricri lui offre un bracelet avec plein de merdouilles pendouillantes dessus...

La tour Eiffel, un taxi londonien, un hélicoptère, un planeur, un catamaran, un lit (...)

Tous les endroits où ils ont baisé en gros, c'est trop mimi !

et… un cornet de crème glacée (...)
— Christian, c’est magnifique. Merci. C’est « yar ».

Et elle s'y met aussi...

Mon préféré, c’est le petit médaillon en forme de cœur.
— Tu peux mettre une photo dedans, me précise-t-il.
— Une photo de toi, fais-je en le regardant par en dessous. Comme ça, tu seras toujours dans mon cœur.

Pardon, j'ai dégueulé.

Et enfin, une clé.
— La clé de mon cœur et de mon âme, explique-t-il.

Stop !!!! J't'en foutrais du bouquin sulfureux...

... et il lui offre aussi « une Audi R8 blanche » (mais c'est quoi son problème avec les couleurs ?!?).

Et c'est pas fini ! La suite ici :

Commenter cet article

coucousine 24/09/2015 20:53

Ma-gni-fi-que comme dirait Cricri en train de tchouler (ou un enfant qui veut faire plaisir à une DTG "dame très gentille-notons que cette analogie est très "jaspérienne" = beurk). Certes le support se prête parfaitement à la critique HYSTERIQUE mais avec ce superbe article, c'est comme si nous avions la voix off de l'UTERUS d'Ana, du grand art.Merci,ces chroniques sont thérapeutiques,pas besoin de "débourser" en allant chez un psy.Merci de donner une voix à notre hystérie.