Un résumé rigolo de 50 NUANCES PLUS CLAIRES, le tome 3 de la trilogie FIFTY SHADES de EL James - Partie 4.

Publié le par Odi-Wan

De la critique hystérique mais pas que

Précédemment dans Cinquante nuances plus claires :

Pendant qu'elle est inconsciente à l'hôpital, elle entend des bribes de conversation entre Christian et les différentes personnes qui viennent lui rendre visite.

c’est ça, quand on a des enfants. On voit le monde différemment.

Lapalissade #403... Et donc sa belle-mère est au courant pour le bébé...

Et puis elle se réveille et elle a grave envie de pisser. Christian se frite avec l'infirmière qui « malgré ses cheveux noir de jais, (...) doit avoir la cinquantaine, et (...) porte de grosses boucles d’oreilles en perles » (je ne cherche plus à comprendre), ils ont une grande discussion sur le pourquoi du comment elle a pris tous ces risques (ce qui semble assez évident mais pas du tout pour les protagonistes de l'histoire qui viendront tour à tour la pourrir à ce sujet : "et pourquoi tu l'as pas laissée crever la Mia ?"), dissertent sur le fait qu'elle a eu beaucoup de chance...

De la chance ? Ce n’est pas le mot que j’aurais choisi.

Ah bon ? Ton bébé n'a rien, tu as trois bleus et une grosse bosse, et tu aurais choisi quoi exactement ?

... Ana nous sort une énième de ses fameuses contradictions :

Je ne veux pas tomber dans le stéréotype de l’épouse acariâtre qui passe son temps à essayer de tirer les vers du nez de son mari.

Alors que c'est exactement ce qu'elle fait.

Et du coup Cricri devient loquace (La peur de l'avoir perdue ? Un profond sentiment de lassitude ? L'annihilement de toute forme de volonté ?...) : il nous explique comment il a fait pour la retrouver (mais pas un mot sur la téléportation, ça doit pas être très légal sûrement), des fois qu'on aurait pas compris qu'il avait géolocalisé son portable planqué dans son anus, il lui explique que s'il est allé voir Elena la pédo le soir où elle lui a appris qu'elle était enceinte c'était pour mettre un point final, final à leur relation (c'était pas déjà le cas depuis leurs fiançailles ?) et que, sachant qu'il allait devenir père, il avait enfin compris à quel point ce qu'elle lui avait fait était mal (mouais), d'après sa belle-mère (qui connaît donc tous les toubibs de l'Etat), elle est entre de bonnes mains, ils se disent qu'ils s'aiment, les yeux dans les yeux (« gris sur bleu », ça faisait longtemps qu'elle nous avait pas remis une petite couche de couleur), ils parlent du petit pois, ou de Junior selon le point de vue, et elle comprend qu'il a accepté le bébé (Note pour toutes les filles dont le mec n'est pas jouasse à l'annonce de leur grossesse : risquez votre vie en délivrant sa sœur d’un dangereux manique sexuel et l'affaire sera dans le sac... Ou la viande dans le torchon, je sais plus).

Donc, histoire de boucler la boucle, la Elisabeth n'était pas vraiment une méchante !

Hyde avait des vidéos sur des clés USB.
Quoi ?
— Des vidéos de lui en train de baiser Elizabeth. De baiser toutes ses assistantes.
Ah !
— Des trucs hard. Comme ça, il pouvait les faire chanter.

Vous les sentez venir le subtil parallèle Jackou/Cricri et la crisette existentielle de Cinquante nuances de névroses ?

Vous avez tous deux eu une enfance difficile, et vous êtes tous deux nés à Detroit. Ça s’arrête là, Christian.

Tadaaaaaaaa !!!!

... le détective privé de Christian découvre que Jackou se trouvait lui aussi dans la famille d'accueil qui a fait la jonction entre la mort de la mère à Cricri et son adoption par les Grey et que s'il lui en voulait autant c'est parce qu'il aurait bien aimé être adopté lui aussi (mais bon comme il était roux...).

— Il a découvert quelque chose sur cet enculé de Hyde. (...)
— Tu crois qu’il a trouvé quelque chose ?

Mais puisqu'il vient de te le dire... Bouhouhouuuuu !

Tu crois que, s’il a fait tout ça, c’est parce que les Grey t’ont adopté, toi, plutôt que lui ?

Elle comprend vite mais il faut lui expliquer longtemps...

— Bébé Oiseau. Mme Collier m’appelait Bébé Oiseau.
Je fronce les sourcils.
— Et qu’est-ce que ça te fait comprendre ?
— Le message de rançon qu’on a retrouvé sur Hyde. Il disait quelque chose comme : « Tu sais qui je suis ? Parce que moi, je sais qui tu es, Bébé Oiseau. »

Putain j'abandonne : lui aussi !

Même que c'était apparemment dans un bouquin pour enfants...

« Es-tu ma maman ?... »

Non : ta maman est morte !

Un résumé rigolo de 50 NUANCES PLUS CLAIRES, le tome 3 de la trilogie FIFTY SHADES de EL James - Partie 4.

... que tout le monde connaît mais que personne n'y a pensé (d'ailleurs c'est exactement le genre de bouquin dont a besoin un gamin qui vient d'être retrouvé recroquevillé contre le cadavre en putréfaction de sa mère) et pour cause : ça n'apporte strictement rien au bordel (tout comme le fait que Cricri et Jack aient partagé la même famille d'accueil : Cricri l'ayant empêché d'assouvir ses pulsions sexuelles à l'endroit de sa courgette puis foutu au chômdu après l'avoir fait passer à tabac par ses hommes de main n'était-ce pas déjà une raison suffisante pour le haïr ?... Fallait-il rajouter cette histoire de Bébé Oiseau à la con ?... Était-ce vraiment nécessaire ?... Quand on en arrive à la fin de la trilogie, les preuves de notre masochisme intellectuel sont-elles encore à faire ?).

Ah oui, je le connais, ce livre. (...)
— Mme Collier m’en faisait la lecture. (...) C’est à ça que Hyde faisait allusion.

J'en peux plus... 15 pages... 15 putain de pages à tourner autour de cette histoire de Bébé Oiseau...

J’ai vécu avec ce fils de pute.

Bon alors, techniquement, d'un point de vue purement sémantique, le fils de pute, c'est toi.

Christian lui reproche, encore et encore, son inconscience face au danger dangereux tout en lui séchant les cheveux (qui peut avoir une conversation avec un sèche-cheveux en marche ?) et puis ils baisent et après ils mangent...

Le sauté de poulet de Mme Jones est sans aucun doute l’un de mes plats préférés »...

Comme les feuilles de vigne farcies... Comme les pâtes-bolo... Comme les sandwiches beurre de cacahuète-confiture ou les macaronis au fromage... Quoi qu'elle mange c'est toujours son plat préféré de toutes façons.

Ana lui demande si Jackou ne l'aurait pas embauchée exprès pour lui faire bobo-cucul et par extension faire aussi bobo-cœucœur à Cricri et il lui répond que, nan mais oh, c'est son histoire dramatique à lui, pas la sienne et qu'il faut qu'elle arrête 2mn de se croire importante.

Christian referme les yeux et me serrant plus fort.

C'est français comme phrase ? Je me rends plus compte.

Bon comme Cricri est traumatisé par cette révélation, Ana lui conseille de parler avec ses parents. Parents qui débarquent avec tout le reste de la troupe, Mia en tête.

Impeccablement vêtue d’un jean noir slim avec un chemisier rose pâle à volants, elle semble tout à fait remise de ses émotions. Heureusement que j’ai passé ma robe portefeuille et des ballerines, au moins j’ai l’air à peu près présentable.

C'est important de conserver le sens des priorités.

Ils font tous la queue pour gifler Ana (bon en fait c'est pour lui reprocher d'avoir sauver Mia... Ou d'avoir pris des risques inconsidérés), Cricri lui avoue qu'il a enfin compris qu'elle l'aime...

Parce que tu as risqué ta vie… pour ma sœur… pour ma famille… pour moi.

À ce stade, les larmes de douleur coulent toutes seules.

Alors il lui ouvre son cœur et son esprit et elle découvre, outre une large plaine désertique avec des buissons d'amarante emportés par le vent, que s’il a été autant choqué par sa grossesse c'est parce qu'il s'inquiète pour son avenir professionnel...

Tu es encore jeune, et je sais que tu es ambitieuse, à ta façon.

Mouahahahahaha !

... et après il lui raconte tout ce qu'elle a toujours voulu savoir (ou pas) sur sa vie, son œuvre, son enfance, son passé, Elena...

Quand on grandit avec une image de soi totalement négative, qu’on a l’impression d’être un laissé-pour-compte, un sauvage qui ne mérite pas d’être aimé… on pense qu’on mérite d’être battu.

Op cit La psycho pour les nuls 2, le retour.

Bref il est intarissable le Cricri... Même que ça finit par la gonfler (mais tuez-la !!!).

Le lendemain elle a moins mal (on est contents pour elle), ils vont voir l'avancée des travaux de leur éco-baraque au bord de la mer, ils discutent de l'emplacement des tableaux de poivrons et ils baisent dans le pré...

j’explose autour de lui encore et encore et encore, et je m’effondre sur sa poitrine tandis qu’il se laisse aller à son tour en criant mon nom.

ELENAAAAAAA !!!! Non j'déconne.

Bref, c'est le bonheur total, ils vont tester plein de trucs de plus en plus hard dans la salle de jeux, Christian est devenu super prolixe (avec une cape), il ne joue plus des airs tristes au piano mais reprend en boucle la chanson de la Ptite Huguette, Ana accepte de jouer à la soumise de temps en temps et puis c'est tout.

À suivre ici : l'épilogue de la saga.

Commenter cet article

LaMarmotte 26/09/2015 13:28

C'est quand même pratique de ne pas avoir besoin de se farcir le livre.
(PS : le bouquin du petit oiseau je l'ai en classe si tu veux t'en remettre une couche derrière les mirettes)

Odie 26/09/2015 16:25

C'est mon cadeau à la société (après on a les cadeaux... Et la société qu'on mérite hein).
PS : Oh oui pour le bouquin (qui sera malheureusement à jamais souillé du sceau de l'infamie).