TWILIGHT vs 50 NUANCES DE GREY !

Publié le par EloDlch

TWILIGHT vs 50 NUANCES DE GREY !

Commençons par rappeler que la trilogie "50 shades" n'est autre qu'une "fanfiction" de la saga de Stephenie Meyer (soit un plagiat mais acceptable légalement).

Loin de moi l'idée d'écrire une thèse à ce sujet (d'autres l'ont magistralement fait), mais en voici quelques exemples :

- Bella et Ana sont brunes, diaphanes, minces, introverties, vierges, n'aiment pas du tout-du tout leur prénom en entier (Ana pour Anastasia et Bella -rien que ça- pour Isabella) et ont une incroyable propension à se boiter toutes seules.

TWILIGHT vs 50 NUANCES DE GREY !

- Edward et Christian sont jeunes, taillés comme des statues grecques (le fameux adjectif "marmoréen" que la Stephenie nous case toutes les 2 pages), mystérieux, riches et cachent tout deux un lourd secret (bon, l'un des deux est un vampire... Saurez-vous le retrouver ?!?).

- Les meilleurs amis des héroïnes, Jacob et José, sont physiquement l'équivalent bodybuildé-bronzé du héros, limite asexués parce que gentils donc inoffensifs, fous amoureux de leurs BFF, qui, de leurs côtés, hésitent et aimeraient être attirées par quelqu'un de "normal" (exception faite du détail "loup garou") même que ça serait vachement plus simple pour elles...

- l'héroïne à des parents divorcés avec lesquels elle entretient une relation saine et cordiale, basée sur un respect et une confiance mutuelle, nourri d'un amour inconditionnel (non mais franchement ?!?), leurs mères sont instables affectivement et vivent dans un État chaud, en bord de mer alors qu'elles vivent au Nord, dans le froid et les nuages (ce qui est justifiable quand on souhaite éviter le côté "boule à facettes" du mort-vivant).

TWILIGHT vs 50 NUANCES DE GREY !

- les deux héros ont vécus un épisode super trop douloureux (la grippe espagnole pour l'un, l'adoption à l'âge de 4 ans après avoir été retrouvé dénutri aux côtés du cadavre de sa mère droguée et prostituée -what else ?- pour l'autre) qui a fait d'eux ce qu'ils sont devenus (vampire ou dominateur SM).

- les couples se forment, évidemment, dans une tension sexuelle à couper à l'opinel et les héroïnes se retrouvent confrontées à devoir faire un choix crucial pour pouvoir entrer dans l'univers du héros et faire partie de sa vie (ou de sa mort), et ce choix implique la douleur physique dans les deux cas.

- la relation amoureuse va foirer à la fin du premier tome (faut bien susciter la curiosité et l'envie d'acheter la suite quand même, on n'écrit pas que pour la gloire !), car incompatibilité entre les deux protagonistes...

Et ce ne sont là que les "détails" les plus flagrants.

Au final, "50 nuances de Grey" en devient même moins excitant que Twilight... Et ça c'est une gageure !

Ou comment l'on perd le côté suggestif ("mais tu vas la cartonner la Bella oui ou bien ?!?") pour rentrer dans un pur scénar de film porno !

Non que je veuille défendre corps et âme la saga Twilight, ce qui pose ici un serieux problème de sens c'est que là où Stephenie Meyer s'adressait à un public adolescent (les personnages principaux étant eux-mêmes mineurs), EL James propose sa version "interdite aux moins de 18". Mais elle conserve la trame et les codes de l'œuvre initiale dans un univers encore moins crédible (et faut du talent pour y parvenir après une histoire improbable de créatures surnaturelles), avec une héroïne naïve et innocente en tout point, aussi coconne que l'originale alors que plus âgée.

On a donc l'impression qu'en lisant Twilight, James a couché sur papier ses fantasmes, ce qu'elle aurait voulu lire, ce qu'elle aurait aimé voir advenir entre les deux personnages principaux (ce que je peux concevoir, les occasions étant légion). Elle aurait ensuite mis toutes ces scènes de cul bout à bout et aurait meublé avec les tergiversations insipides de son héroïne...

Moralité : mieux vaut lire ou relire Twilight (ou regarder les films si on veut se marrer) et s'octroyer des pauses sur Youporn (si on est majeur : j'veux pas d'emmerdes)... Ça sera toujours plus constructif d'un point de vue onirique !

Ou bien faire autre chose comme "vivre" par exemple...

Commenter cet article