JE SUIS À TOI de David Lambert [critique]

Publié le par Odi-Wan

Argentine. Pour survivre, Lucas se prostitue avec des hommes ou exhibe son corps dans des plans cam tarifés (dans lesquels il officie comme marionnettiste de bite, ce qui est du plus bel effet sur son CV). Au détour d’un chat (pas l'animal, pour les non anglophones et les personnes de plus de 90 ans), il sympathise avec Henry, un boulanger belge gay qui souffre de solitude et rêve de le sauver de la prostitution (mouais, "qui rêve surtout d'être aimé" et, la fin justifiant les moyens, que les sentiments soient feints ou avérés, il s'en bat copieusement les grelots).

Lucas traverse l'atlantique (aux frais du boulanger pathétique) et arrive dans un petit village de Belgique pour devenir l'apprenti de Henry (qui n'avait visiblement pas consulté le fameux CV du jeune homme) mais il se sent vite prisonnier...

Cinetrafic... enfin sauf les trucs entre parenthèses, ça j'en assume l'entière responsabilité.

Bon, dit comme ça, ça peut paraître plein de bons sentiments à la limite de la philanthropie. Mais en fait c'est juste crade. Enfin pas tout du long. Mais presque.

JE SUIS À TOI de David Lambert [critique]

Le film est une sorte de PRETTY WOMAN sordide, glauque et triste. Exactement comme PRETTY WOMAN devrait l'être ou le serait si Richard Gere n'était pas Richard Gere mais un boulanger gay belge obèse et si Julia Roberts n'était pas Julia Roberts mais un prostipute argentin suintant la défaillance immunitaire par tous les pores (bravo à l'acteur et aux maquilleurs d'ailleurs, moins aux personnages qui sont visiblement frappés de cécité sélective).

JE SUIS À TOI de David Lambert [critique]

Une version trash d'un conte de fée, sans fée mais avec de jolis aphorismes comme "le pain c'est comme l'amour c'est universel" (fonctionne aussi avec la choucroute et les moules marinières). Et puis un prince pas charmant du tout, qui a certes le pognon pour attirer la princesse dans ses filets mais une princesse qui, de son côté, restera lucide et parfaitement consciente de sa vénalité et ne tombera pas amoureuse de lui mais de sa jeune veuve de larbine. Parce qu'on ne s'entiche pas d'un putain d'inconnu qu'on vient tout juste de rencontrer sous prétexte qu'il est beau et riche, bordel de merde. L'être humain n'est pas aussi con ! Bien que... CINQUANTE NUANCES DE GREY quoi.

JE SUIS À TOI de David Lambert [critique]

En fait, c'est complètement une version honnête d'un conte de fée, très immorale, cruelle, réaliste et, somme toute, assez peu manichéenne dans sa peinture des rapports humains, quoiqu'un poil caricaturale et pessimiste dans son traitement de l'homosexualité. Mais un conte finalement très moral, avec le rapprochement de ces deux êtres "abîmés par la vie" (selon l'expression consacrée) qui mérite d'être vu jusqu'au bout pour la justesse de la performance de ses acteurs et entrapercevoir enfin une lueur d'espoir.

JE SUIS À TOI, disponible en DVD depuis le 10 Juin 2016 avec Outplay.

Publié dans film, dvdtrafic, drame

Commenter cet article