Un résumé rigolo de CINQUANTE NUANCES PLUS SOMBRES (Fifty Shades Tome 2) - Journal de bord : Jour 3.

Publié le par Odi-Wan

Précédemment dans "Cinquante nuances plus sombres" :

Un résumé rigolo de CINQUANTE NUANCES PLUS SOMBRES (Fifty Shades Tome 2) - Journal de bord : Jour 3.

Christian lui rend ses cadeaux-placement produit (Mac, Blackberry pas IPhone, pas de jaloux) avec, cerise sur le gâteau, un IPad (mais c'est toujours pas une pute vu qu'elle a pas encore re-couché) avec dedans une play-list et tout plein de chansons lourdes de sens... Du coup, il se réenvoient plein de mails (avec de la ponctuation hasardeuse : "Et bien, sûr, je t'aime") et ils se donnent RDV le lendemain après le boulot (et le rencard avec le patron).

Le lendemain, donc, la courgette se dit qu'elle passerait bien la matinée à envoyer des mails à Cricri (encore ?) mais, oh zut, elle doit lire les premiers chapitres de 4 manuscrits pour son éditeur de patron et que c'est quand même drôlement embêtant de devoir travailler sur son lieu de travail (où l'on se dit que si l'avenir de la littérature est confié à des Ana qui ont le feu aux miches, on n'est pas sortis du sable).

Elle finit par lui envoyer un message en lui disant qu'elle s'emmerde sec et il lui répond : euh, tu sais que ta messagerie du boulot est un petit peu surveillée ?

Et là, on se dit que le vilain patron ascendant pervers sexuel va lui taper sur les doigts (à défaut de lui taper sur le cul) mais non ! On apprendra plus tard que le Cricri, il a racheté la boîte (ce qui fâchera toute rouge la courgette pendant au moins, pfffiou, 3 secondes).

En se rendant au rencard avec son boss (au bar le Fifty's... Véridique), elle croise la route de son clone mais version zombie avec poignets tailladés (et qui perd ses tifs par paquets de 12 000), qui lui lance la phrase hautement énigmatique :

Qu'est-ce que vous avez que je n'ai pas ?

La folle-fantôme

Alors Ana se dit qu'elle doit sûrement avoir un rapport avec Christian Grey (bien vu Sherlock !).

Quand Cricri vient la récupérer au bar, il lui pisse tout autour pour marquer son territoire (en disant à son patron qu'il n'est plus son ex).

Ils décident d'aller manger chez Ana mais vu qu'elle n'avait plus vraiment l'intention de s'alimenter, elle n'a rien à grailler (oh, mais quelle idiote je fais). Alors ils vont faire des courses (c'est passionnant hein ?).

Bref, ils commencent à cuisiner ensemble avec des papillons dans le slip quand tout à coup, Christian lui ordonne : "Remets le poulet dans le réfrigérateur".

Alors Ana pense :

Jamais je n’aurais imaginé Christian Grey prononcer une telle phrase et il n’y a que lui pour la dire de manière aussi sexy.

Mais, bien, sûr...

Du coup ils re-baisent (ça faisait si longtemps... Ben ouais, au moins 7 jours quoi).

Après ils mangent et au moment du dessert, Ana propose de la crème glacée (à la vanille, évidemment, je crois que je vais vomir) et Christian s'empresse d'emporter tout ça dans la chambre (mais que va t'il bien pouvoir faire avec ?!? A part dégueulasser les draps...).

Au petit-dej, ils ont enfin une grande discussion à propos de la fille zombie qu'Ana a rencontré la veille :

Elle a vaguement cherché à s'ouvrir les veines.

Christian

Ce qui explique le bandage au poignet... Ça veut dire qu'elle est suicidaire ?

Ana

(Waouh !!! Une telle force de déduction, ça fout le vertige !)

Où on apprend que la nana en question s'appelle Leila, que c'était la précédente soumise de Cricri, que ça fait 3 ans qu'elle l'a largué, qu'entre temps elle s'est mariée et qu'elle a quitté son mari 4 mois avant (et on s'en cogne, mais d'une force !).

Comme Christian a invité Ana à un gala de charité pour les petits nenfants de drogués chez son père le soir même, Ana va chez le coiffeur. Mais pas chez n'importe quel coiffeur : dans un salon de beauté qui appartient à Cricri (mais il fait quoi comme boulot ce mec ?).

Et là, elle fait la connaissance impromptue de l'amie de la mère de Cricri, celle qui l'avait initié au SM quand il était ado (et il se souvenait plus qu'elle bossait pour lui et ici ?).

À suivre...

Commenter cet article

coucousine 08/08/2015 17:51

Un pur régale. L'incrustation des dialogues est divine. Bravo pour ce commentaire de "texte". Tous les mots prennent une con-notation. Ana sort de mon corps. je suis grisée.