MULHOLLAND DRIVE de David Lynch [critique]

Publié le par Hysterik Anonyme

Comme dirait Homer S. : "waouuuu, puissant...."

Le souvenir de Lynch que j'avais c'était Blue Velvet, vu avec mon père quand j'étais trop petite (ce qui explique peut-être que je n'avais plus rien vu de lui depuis... De Lynch pas de mon père !).

Alors comment dire...
Passée l'impression de malaise propre au réalisateur (oui je l'ai googlelisé pour savoir si j'étais normale) voire de g*rbe (mais je crois que ce sont des réminiscences de l'enfance), si on arrive à mettre les choses dans l'ordre chronologique on arrive mieux à discerner les moult références... Après faut s'accrocher et être prêt à se repasser le film dans la tête jusqu'à 3h du mat (où l'on sombre dans un sommeil confus où rêve se mêle à amour saphique, mort, vengeance et oreille retrouvée dans le jardin : faut pas réveiller de vieux traumas, m*rde !)

MULHOLLAND DRIVE de David Lynch [critique]

Publié dans film, Lynch, Naomie Watts

Commenter cet article