Un résumé rigolo de CINQUANTE NUANCES PLUS SOMBRES (Fifty Shades Tome 2) - Journal de bord : Jour 7.

Publié le par Odi-Wan

Précédemment dans "Cinquante nuances plus sombres" :

Si Elena s'était incrustée c'est parce qu'elle a reçu une lettre d'un corbeau (pas l'animal, bien que vu le niveau général, ç'eut été possible) qui la fait chanter et lui réclame 5 000 $ (ce qui fait beaucoup rire Christian et lui fait dire que ça doit être l'œuvre d'un pauvre parce que, hein, c'est quoi cette somme dérisoire ?... Si c'était pas totalement premier degré on pourrait penser à une certaine scène culte d'Austin Powers), et on s'en cogne.

Bref, Ana qui s'était finalement rendu compte que ça ne la regardait pas du tout et qui avait fini par se barrer, est restée planquée pour écouter la conversation quand même (syndrome Alice, la curiosité est un vilain défaut, tout ça...).

Donc elle entend la vieille demander à son ancien soumis si sa salle de jeux ne lui manque pas trop ("pas du tout", Odile Deray).

Notons tout de même que la "vieille" en question approche la quarantaine, ce qui redimensionne nettement le caractère pédophile de sa relation passée avec Cricri vu qu'elle doit avoir 10 piges de plus que lui à tout péter... (C'est vrai quoi, une meuf de 15 ans qui sort avec un mec de 25 parce qu'il a une voiture et une CB, ça ne s'est jamais vu !)

Du coup après ils s'engueulent :

Ses remontrances me donnent l’impression d’être une enfant désobéissante.

C'est sûr que c'est très sain comme relation...

Et Ana aura cette magnifique réplique improbable pour justifier son ressentiment envers Elena :

Seigneur, Christian, s’il s’agissait de ton fils, comment réagirais-tu ?

Et ton propre positionnement vis à vis de lui dans cette phrase, tu ne le trouves pas un peu limite non ?

Bon ils finissent toujours par se réconcilier sur l'oreiller :

Mes tétons durcissent sous sa tendre caresse et forcent contre le satin.

Accompagnez cette image d'un bruitage de jeu vidéo, genre Mario qui bouffe un champi (ou Bella qui a les seins qui gonflent quand elle se transforme en vampire) et ça prendra tout son sens.

Le lendemain, Ana doit accueillir Ethan, le frère de Kate, à son retour de la Barbade et lui filer les clés de son appart (ça ne sent pas du tout la loose à plein nez).

Il se pointe donc à son boulot et lorsqu'elle le rejoint à l'accueil, elle s'écrie dans sa tête :

Des cheveux blonds éclaircis par le soleil, un bronzage à mourir et des yeux clairs noisette se lèvent du canapé en cuir vert.

"Quand j'ai vu son visage assis sur le canapé", Moundir l'aventurier de l'amour.

Ils taillent le bout de gras 3 minutes :

— Ça a été un enfer, Ana.
— Tu parles ! La mer, le sable, le soleil et les punchs au rhum, on dirait L’Enfer de Dante.

Ana, titulaire d'une thèse en littérature

Et elle lui annonce qu'en ce moment, elle dort chez Cricri (en omettant complètement de lui parler de la folle au flingue et qui la cherche et que c'est pour ça qu'à la base elle n'habite plus dans son appart) et qu'ils viendront le chercher après son boulot pour aller manger au resto...

Au bureau, elle continue à passer son temps à envoyer des sexriels pas du tout explicites à Cricri via leurs messageries professionnelles :

J'aime être au lit avec toi, et dans les ascenseurs, et sur les pianos et les tables de billard, et sur les bateaux et les bureaux et dans les douches et les baignoires et sur des croix étranges en bois avec des fers et des lits à baldaquin avec des draps de satin rouge et dans les hangars à bateaux et dans des chambres d’enfants.

Mes yeux saignent.

Signés "Ta folle et insatiable de sexe" (lorsque lui signe « P-DG Complètement et Absolument Fou d’Amour, Choqué et Charmé»... Ils doivent bien se marrer à la NSA et au service informatique de la Grey Enterprises Holdings, Inc.)

Et de son côté, son patron continue à lui faire du rentre-dedans et lui demande d'espionner les conversations des autres cruches qu'il emploie parce qu'il sent que quelque chose se trame en haut lieu et que c'est pour ça qu'on lui a coupé son budget "vide-couilles" pour New York (et que les cruches ça sait tout, c'est bien connu).

Elle se dit qu'elle est quand même un tout petit peu dans la merde et qu'elle a hâte que Kate rentre pour lui trouver une solution à tout ce beau bordel (te sortir les doigts du cul et prendre des décisions ? Non ? Non.)

Elle se dit aussi qu'elle aimerait bien avoir une photo de la Leila, histoire de savoir à quoi elle ressemblait avant de se transformer en Zombeaver :

Je me demande si Christian m’autoriserait à en voir une ? Oui, probablement, pour ma sécurité. Tandis que je manigance un plan, ma conscience jubile en approuvant.

Mais pourquoi manigancer un plan si tu penses qu'il va accepter si tu le lui demandes ? T'as vraiment que ça à foutre dans ta tête ?!?

Un résumé rigolo de CINQUANTE NUANCES PLUS SOMBRES (Fifty Shades Tome 2) - Journal de bord : Jour 7.

Bref, Cricri et Taylor viennent la prendre au boulot (en voiture hein) et ils se rendent à son appart pour récupérer Ethan. Évidemment, Cricri reçoit un coup de fil pile-poil au moment où ils se garent devant l'immeuble. Alors elle y va toute seule. Elle sonne (ben oui, elle a pas ses clés), et on lui ouvre sans répondre. Elle monte et elle trouve ça super trop cool de la part d'Ethan d'avoir laissé la porte d'entrée de l'appartement entre-ouverte (mais quel suspens angoissant !). Et là, il lui faut " un moment pour comprendre que la silhouette pâle et blafarde qui se tient près de l’îlot central de la cuisine, un petit revolver à la main, n’est autre que Leila " ! (Waouh ! On l'avait pas vu venir !).

Bon, la Leila est complètement stone et pas particulièrement menaçante, Ana a quand même très peur (transformation oursin : "tous mes cheveux se dressent de terreur") et elle se dit qu'il faut qu'elle essaie de la faire parler :

J’ai l’impression que toutes ces réflexions ont pris une éternité mais, en réalité, il ne s’est passé qu’une fraction de seconde.

C'était très long en effet...

Cricri finit par rappliquer, il chuchote un truc à Leila, elle se met à genoux (transformation esclave), il lui caresse la tête (transformation maître) et il ordonne à Ana de se barrer et de rentrer chez lui.

Au lieu de ça, elle rejoint Ethan dans le hall (qui, comme par hasard avait croisé un pote et n'était pas encore allé dans l'appart) et ils vont se bourrer la gueule dans le bar d'en face (où elle passera son temps à se pleurer dessus intérieurement en se demandant s'il est pas en train de la bourrer en la fouettant avec une pelle à tarte).

Bref, une fois qu'elle est bien pétée (presque au point de se mettre à chanter la Madelon cul-nu sur les tables), le Ethan lui dit qu'il serait peut-être temps de rentrer et qu'il va finalement aller dormir chez son pote (tout ça pour ça).

Alors elle se téléporte chez Cricri qui était vachement inquiet avec de l'inquiétude :

— Tu as bu ? me demande-t-il, choqué.
— Un peu.
Je ne pensais pas que c’était aussi évident.

En même temps, tu portes encore ton slip sur ta tête...

L'alcool et la connerie aidant, comme elle est toujours dans son autoflagellation égocentrique due au fait qu'elle l'a vu en position de dominant avec son ancienne soumise et qu'elle est ne peut pas lui offrir ça, "ouin-ouin" (et pas du tout parce que c'était la seule chose à faire pour lui sauver les miches), elle lui dit qu'elle est déboussolée et qu'il vaudrait mieux qu'elle s'en aille. Là, le Christian, terrifié à l'idée de la perdre encore une fois en l'espace de 10 jours (ouais c'est court mais qu'est-ce que c'est long), vrille du bulbe : il tombe à genoux à son tour, en position de soumission face à elle.

Elle dessaoule tout net et se met à tergiverser pendant trois plombes à base de "qu'est-ce que j'ai fait ?", "pourquoi ?", "qui suis-je ?", "être ou ne pas être ?", "qui de l'œuf ou la poule ?" au lieu de l'imiter et de se mettre à son niveau. Bon elle finit par percuter ("Comme ça, nous sommes à égalité", bravo Ana pour ta perspicacité et ta vivacité !) et le Cricri revient évidemment à lui.

Là ils ont une (très) longue conversation, agenouillés sur le parquet (même que ça lui fait vachement bobo aux genoux à Ana) où Cricri lui dit que quand il a vu « Ethan arriver devant l’immeuble » (euh... Ôtez-moi d'un doute : il se sont déjà rencontrés ?), il a su que « quelqu’un [l']avait fait entrer dans l’appartement. » (à perspicace, perspicace et demi... En fait ils sont vraiment faits l'un pour l'autre). Et elle lui dit (en substance et avec plein de périphrases super chiantes) qu'elle ne comprend pas ce qu'il fout avec elle parce qu'il est tout ce qu'elle n'est pas : beau, et riche, et intelligent (pas besoin de la fouetter, elle se démerde très bien toute seule). Au grand soulagement d'Ana (sans déconner, c'est véridique), il finit par s'assoir en tailleur (« Je l’imite mais garde les jambes allongées. » Ouais donc tu ne l'imites pas quoi). Et là, il lui sort THE bombe, LA raison pour laquelle il pense qu'elle finira par le quitter :

Je suis un sadique, Ana. J’aime fouetter des petites brunes comme toi parce que vous ressemblez toutes à la pute camée, ma mère naturelle.

Voilà, voilà...

À suivre...

Commenter cet article