La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

Publié le par Odi-Wan

La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

C'est l'histoire d'une princesse qui était toute malheureuse...

Comme le dit la chanson, "le prince charmant a foutu le camp avec la Belle au bois dormant". Soit avec une plus jeune et plus belle qu'elle...

Wait, what ?

Pas du tout !

Comme il est anglais, et qu'il est surtout un peu con (non que ces deux aspects soient intrinsèquement liés), en vrai, il l'a quittée pour une plus vieille et plus moche (mais qui doit sérieusement envoyer du pâté au pieux).

Alors est-ce à cause de son gros problème aux cervicales qui l'oblige à vivre avec un torticolis permanent, ou parce qu'en plus, elle ne porte même pas de robes de princesse (non mais sans déconner)...

La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

Toujours est-il que voilà, la princesse, elle est toute triste.

Tellement triste qu'elle raconte à son miroir comment elle a déjà pensé au suicide et qu'elle écoute "All by myself" à fond comme Bridget Jones.

Mais un jour, elle rencontre un homme...

Attention, pas le dernier clodo du coin : un chirurgien cardiaque pakistanais quand même...

Bref, il est gentil, il est tendre, il est intelligent, il a joué dans Lost, il bouffe Macdo, il fume des clopes, il est spécial quoi !

La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

S'en suit donc toute une série de rencontres impromptues et cachées (qui ne trompent personne, à part peut-être les journalistes, un temps) avec des cascades, des effets spéciaux, des costumes et un budget perruque incroyables (même avec la nuque longue et la raie (très) sur le côté version Philippe Katerine, elle est bonne Naomie Watts... C'est dégueulasse).

La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

Elle est heureuse la princesse, elle ricane bêtement, elle glousse... Bref elle est amoureuse.

Alors c'est vrai que, de temps en temps, la méchante belle-mère se rappelle à son bon souvenir pour lui pourrir encore un peu l'existence (en l'empêchant de voir ses enfants par exemple).

La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

Et le prince obtient finalement le divorce.

Voilà donc la princesse libre de vivre son nouvel amour au grand jour... Tout est bien qui finit bien ?

Pas tout à fait :

Les méchants journalistes collant un peu trop tout le temps au train de la princesse, le chirurgien se retrouve bien emmerdé pour pouvoir bosser ou aller boire un café en paix.

Il se retrouve donc face à un choix cornélien : l'amour ou les petits enfants qui meurent dans le dedans de leurs petits cœurs malades ?

Il va choisir l'amour... Puis les enfants... Puis l'amour... Puis les enfants...

La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

Alors la princesse est de nouveau toute malheureuse.

Elle décide de lui montrer que c'est pas parce qu'on a sa tronche placardée en une de tous les tabloïds dès qu'on lâche un pet de paillettes qu'on ne peut pas faire le bien. Alors elle va dans des pays loin où il fait vachement chaud avec plein de maladies horribles, d'orphelins, de famine et de guerres... Elle traverse même un champs de mines (bon certes, après déminage, faut pas déconner).

Alors le chirurgien revient. Et elle, elle va jusqu'au Pakistan rencontrer son pépé et sa mémé (c'est qu'elle y croit à la mouche qui pète).

Mais le chirurgien, ce gros relou, finit toujours par choisir les enfants...

La princesse et le chirurgien (DIANA d'Oliver Hirschbiegel) [résumé]

Alors elle tente le tout pour le tout : elle finit par accepter les avances d'un prince venu d'Orient... Non sans avoir préalablement prévenu son pote journaliste de où et comment shooter le rancard, espérant ainsi faire réagir le chirurgien ("choisis-moi, choisis-moi, moi, moi, choisis-moi !").

Mais le chirurgien a une ligne de conduite, même si, pour du vrai, il est lui aussi très amoureux de la princesse et qu'il hésite....

Elle attend donc désespérément son coup de fil dans sa chambre d'hôtel parisien. Coup de fil auquel elle n'aura plus jamais l'occasion de répondre : dépitée et résignée, elle s'en va avec son nouveau prince vers son destin (et un pilier du pont de l'Alma).

Et à la fin...
Le chirurgien est réveillé en pleine nuit (comme 99% des Londoniens apparemment). Alors il va chez la princesse (mais il attend quand même qu'il fasse jour) pour lui rendre un dernier hommage en déposant devant la grille du château une gerbe, une bougie, une liste de courses, un rhododendron, une roue de bagnole, des carottes râpées ou bien un poème. Personne ne parle, beaucoup de gens pleurent et le type de la sécu lance un regard de connivence au chirurgien l'air de dire "mais jte reconnais toi : t'es celui qui se tapait la patronne !". Et après il s'en va.

Commenter cet article

Steph 22/03/2015 08:35

Et Ben Quel suspens!!!!! Il se passe tout ça! Par contre je suis pas d accord les anglais sont pas tous des tâches.... Regarde il y a Justin bierre quand même.... Faut pas généraliser

Elo 22/03/2015 08:39

Il est pas canadien ?